Tragique symbolique, le cas Ayache Mahdjoubi: sauvetage des consciences et des ….morts!

Le réveil du mort.

Ayache Mahdjoubi, la leçon venue du fond d’un puits.  On y retiendra l’impuissance de la république.  L’irresponsabilité des pouvoirs publics et l’incompétence meurtrière de certains pseudo-experts ! Fort heureusement on se consolera de voir l’élan de mobilisation générale des citoyens de toutes catégories sociales, une solidarité sans calcul , avec une spontanéité qui force le respect . La douleur de la famille Ayache s’est propagée dans tout le pays .

 On en a fait un devoir de partage. Une terrible tragédie qui a fini au bout de quelques jours par être fatale au jeune homme sorti de l’anonymat mais hélas pas du puits où il était enfoui trente mètres sous terre . Son cas a fait le tour de plusieurs pays via des chaînes de télé étrangères , elles aussi invitées dans ce drame qui a secoué bien des consciences et beaucoup de colères. Témoins impuissants, les milliers , voire millions de citoyens ont assisté à la fin tragique  de l’histoire .

Les maigres moyens du pays de la richesse et des discours à la suédoise n’ont pu avoir raison des quelques dizaines de mètres qui séparaient le malheureux citoyen d’un secours tant esperé. Les efforts des sapeurs pompiers munis de toute la bonne volonté et animés par un courage exemplaire, salués à l’unanimité par les citoyens n’auront guère suffi pour avoir raison de la ténacité des sous sols ravageurs.  Le puits a été plus fort dans son oeuvre meurtrière. Aujourd’hui on peine encore à admettre l’échec de cette tentative de sauvetage .

Les officiels qui ont brillé par leur absence tout au long de l’accident ont failli provoquer l’irréparable: la colère d’un village.  Potentiellement celle de toute une wilaya avec le risque de dérapage et de propagation . Sommes nous à ce point vulnérables ? L’Algérie a t elle perdu le sens de ses responsabilités ? La population de Msila s’interroge sur le peu d’empressement des responsables durant les premières heures de l’accident et l’absence de moyens adéquats pour tenter le sauvetage dans les normes . Les raisons de la colère sont motivées par ce sentiment d’abandon et de fuite de responsabilités.

La présence des responsables ou leur implication personnelle aurait dû être manifestée depuis le début en signe de partage de douleur et de respect de ses populations. Il a fallu attendre le décès du malheureux Ayache pour que les pouvoirs publics daignent déléguer une mission d’inspection sur les lieux . La délégation officielle aura eu l’accueil attendu . Caillassage et jets de pierres en signe d’extrême colère.

S’en est suivie ce qui était prévu: la protestation des habitants de la région pour exprimer haut et fort ce qu’ ils pensent des compétences de ceux qui les gouvernent . Ceux qui se réveillent et se mobilisent après la fin de la tragédie.  Ils tenteront dans un geste politique de « sauver  » le  mort . Ayache Mahdjoubi dans sa trerrible mort a renvoyé à la face de certains responsables les vérités amères sur les fonds de tous les puits qui nous guettent . Chaque jour et en tous lieux .

Abdelkrim Alem

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page