Rapatriement de 25000 Algériens: la pagaille, toujours au rendez vous

Même si les motifs ne sont pas toujours les mêmes, les ressortissants Algériens bloqués à l’étranger ont, pour la plupart, le même souhait  retrouver leurs familles, leur patrie, leur travail.

Parmi ces personnes bloquées, il y a celles qui ont perdu un parent en Algérie, et qui n’ont pas pu assister aux obsèques du défunt et il y a des enfants qui ont raté leurs scolarisations.

L’opération de rapatriement décidée par le premier ministre Abdelaziz Djerrad au début du mois de décembre a officiellement pris fin le Samedi 19 décembre, une opération loin d’être facile pour Air Algérie où les ressortissants Algériens bloqués à l’étranger sont soumis comme d’habitude aux démarches bureaucratiques .

Apres l’obligation du  test PCR et l’ inscription sur la liste des vols,l e ressortissant Algérien doit avoir au préalable le double quitus du ministère des Affaires étrangères, puis du ministère de l’Intérieur pour mettre le pied en Algérie.

Une procédure dure à vivre qui engendre des scènes de pagailles telles que celles vécues dans les aéroports de Paris et de Marseille.

La gestion des listes de rapatriement a provoqué d’énormes confusions . Des avions auraient même décollé presque vides.

Pour autant et devant cette désorganisation, , Le ministre de l’intérieur et des collectivités locales Kamel Beldjoud n’a pas manifesté une réaction à la hauteur des attentes espérées.

Devant les membres de la commission des finances à l’assemblée populaire nationale (APN) il a  révélé  le chiffre de 25.000 Algériens bloqués à l’étranger en raison de la fermeture des frontières dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus sans évoquer explicitement le process des nouvelles opérations de rapatriement et ses détails .

Nadi. K

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page