Ramtane Lamamra : le dernier prophète du système !

Des voix s’élèvent déjà pour tenter de promouvoir l’alternative d’un homme dont on assure qu’ il ferait déjà l’unanimité. Ramtane Lamamra est présenté sous une table de manoeuvre comme la solution à une probable défaillance, une sortie de secours pour le régime algérien dans le cas où la candidature de Bouteflika, pour une raison ou une autre sortirait de la voie tracée. Même si cette éventualité du retrait de Abdelaziz Bouteflika ne s’inscrivait pas comme réponse aux manifestations des populations , elle demeure néanmoins envisagée par l’équipe dirigeante comme un ultime scénario . Et c’est à ce titre qu’ intervient la « rechange  » qui a pour nom Lamamra . Fait il réellement consensus ? Est il également celui qui serait capable de servir de solution à la situation du pays et de susciter l’adhésion populaire ? Le recours à un probable engagement de Lamamra en tant que successeur ou du moins comme vice président, repose t il sur des considérations propres à un homme accrédité de compétences reconnues pour certains et de probité qui ferait l’unanimité. Lamamra le diplomate au secours d’un système décrié et en fin de règne ! Il est présenté comme l’homme providentiel aussi bien pour le pouvoir que pour le peuple . Pourquoi donc lui et qu’a t il à son actif comme réalisations susceptibles de le propulser à un tel niveau de responsabilités dans un contexte où la légitimité est en souffrance manifeste et où l’opinion publique nationale s’est soulevée contre ce mode obscur de gestion des affaires du pays , réclamant sur fond d’une détermination irréversible, une rupture authentique comme objectif non négociable? Lamamra acceptera t il de brader son capital credit, déjà qu’ il a consenti à accepter le poste de conseiller diplomatique à deux mois de la tenue des présidentielles ? Il cautionne ainsi la continuité prônée par les tenants du pouvoir qui délivrent un message clair en le désignant à ce poste comme gage d’une poursuite qui va au delà du 18 Avril. Pour ceux qui connaissent Lamamra et qui ont partagé avec lui bien des années d’études et de travail,  » c’est un homme serein, compétent mais beaucoup plus porté sur la gestion des dossiers. Un homme à dossier qui ne présente pas de qualités managériales  » . Et d’ajouter que son sens « avisé pour les dossiers à caractère diplomatique ne fait pas de lui un manager plein.  » il est vrai que le système a besoin du profil  » sain et propre  » de Lamamra mais surtout il veut tirer profit de la crédibilité internationale dont il jouit et qui pourrait servir à un bon lobbying pour le pouvoir algérien. Sinon , comme le suggèrent ceux qui l’ont côtoyé, l’excellence de Ramtane Lamamra est surtout liée à la gestion exclusive des dossiers . Ce qui tend à limiter son envergure et repose la problématique des missions que certains se promettent de lui accorder.

 

ABN

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page