Piégé par son propre tweet : Bernard henry levy s allie au ridicule!

Quand on a l’illusion d’être un penseur et que l’on s’octroie des prérogatives à la superman, l’on se retrouve forcement en face de BHL et une division plus bas à Raphael Gluksman l’essayiste,  lesquels n’avaient pas manqué d’accuser le kremlin concernant la simulation d’assassinat du journaliste reporter de guerre ukrainien Babtchenko.

A se tordre de rire, et comme le ridicule ne tue pas chacun y est allé de son tweet, celui de BHL doit jusqu’à présent provoquer les fous rire du kremlin et celui de Mr Poutine en particulier.

 Il tweet donc le 29mai : « Arkady Babtchenko était un courageux reporter de guerre. C’était aussi, surtout, un opposant à Poutine virulent. Assassiné, hier, dans la cage d’escalier de son immeuble à Kiev, de 3 balles dans le dos. Combien, depuis A. Politovskaia, de journalistes russes ainsi assassinés »

L’acharnement morbide dont a fait preuve BHL a surpassé tous les commentaires et articles de tous les medias tombés eux aussi dans le panneau néanmoins, observant la réserve déontologique  qui sied a un tel événement, sans faire dans une lecture hâtive  et la  désignation inquisitrice de ce que l’on sait contre poids aux ambitions tacites de Mr BHL et de ses semblables.

Le plus drôle dans l’histoire, c’est que l’on présentera le journaliste vivant en chair et en os le lendemain et encore mieux, l’empressement de BHL à effacer ce tweet, qui représente  en réalité le reflet de sa pensée, de son opportunisme et des dessins quant a la subjectivité de son idéal majeur, et des personnes qui le gênent quant à son accomplissement.

Il faut rappeler que poutine, n’est pas feu le colonel Kadhafi et que la Russie n’est pas le champ de ruine qu’est la Libye actuellement. Il faudrait peut être que BHL rentre ces données dans ce qui lui sert de  mémoire vive.

De Paris :Rafik D

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page