Paris: La guérilla urbaine; le Paris brule _t-il!

Manifestement et c’est le mot, le discours du president Macron a eu l’effet inverse de la volonté d’apaisement et d’entendement attendue de la part du peuple Français, les mesures avaient bel et bien été refusées le discours du president rejeté, il fallait donc s’attendre a ce mouvement insurrectionnel ou tout le monde, y compris les journalistes et intellectuels les plus avertis s’y perdent. Ils s’y perdent parce que chacun y va de son analyse et se mêle les pinceaux en conjectures car jusqu’à présent le profil type du gilet jaune n’a pas pu être proprement défini. Preuve que les centaines de reporters dépêchés sur les lieux des incidents, parlent tantôt de gilets jaunes et tantôt de casseurs. Alors les mêmes individus sont une fois gilets jaunes, une fois casseurs ce qui est sur c’est qu’une France en colère revendicative est la, et bien la.

 Ce qui devait être pacifique  a tourné à la violence urbaine : un non catégorique a été opposé au president, les projections et conjectures de BFM et C News prêtent à sourire et même à se tordre de rire en tentant d’expliquer, d’incriminer les uns et de radicaliser les vrais gilets jaunes qui se seraient transformés en casseurs. A trop vouloir imposer sa volonté dans une démocratie, mène forcement a ce genre de comportements, qui traduit en fait la souffrance d’une catégorie de population, celle des gueux, des besogneux et celle aussi des marginaux ; il faut le dire mis a l’écart de la société quels qu’ils soient.

 Le peuple  qui dans ses composantes travailleurs, chômeurs qui ne trouvent issues, tout ce beau monde conjugué avec celui d’une délinquance s’est retrouvé dans les douze artères menant à la place de l’étoile, l’arc de triomphe copieusement tagué , rue de Rivoli et autres points chaud.

Gilets jaunes, révoltés, casseurs, chômeurs  un amalgame de colère.

Les mesures de la Macronie empreintes d’entêtements, le discours apaisant laissant transparaitre une intransigeance en tous cas pleinement ressentie et traduites par les français.

Le president s’adressera surement au peuple mais il faudra cette fois ci  car heurts violents et incendies règnent à Paris. La distinction pour définir les différentes colères car raison gardée on ne casse pas pour casser, il y’aurait de la mal vie de par toutes les composantes de cette manifestation un ras le bol général à coups de mesures imposées sans consultations préalables.  De la transition écologique nous sommes passés à une transition violente de rejet et réprobation elles ne se résument pas à l’augmentation des taxes ni a l’incitation a l’utilisation d’énergie propres. L’important des à présent serait de pouvoir identifier le profil du manifestant et les causes de ces violences urbaines : supprimer les taxes et rétablir l’ISF (impôt sur la fortune).

Le president Macron depuis le G20 en argentine s’est exprimé  sur les dérives violentes qui selon lui sont peu relatives aux mesures prises et ne sont que le fruit d’intentions de gens voulant déstabiliser la France, une condamnation, une réponse policière et non une réponse politique s’est exclamée une journaliste BFM pour une fois.  Nous attendrons donc demain des éclaircissements de la part du chef de l’état.

 Bilan : 270 Arrestations et 90 blessés de multiples foyers d’incendies, des millions d’euros de dommages

                                                                                                                                Rafik Djilali

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page