Oui au dialogue , non à la transition: l’armée fixe les règles

Clair et précis, l’armée campe sur ses positions : Hors de question d’envisager l’idée d’une période de transition , en ce qu’ elle peut être porteuse de risques aux  » conséquences incertaines  » .

Le message du chef d’État major de l’armée , ce mardi, se concentre sur un appel au dialogue adressé aux personnalités et élites nationales dans un cadre  » sérieux et constructif  » afin de dégager des solutions à la crise .

L’institution militaire tient au dialogue sans en définir toutefois ses contours ou les détails de son organisation . S’agit il d’un dialogue direct avec les responsables militaires ou plutôt avec les responsables politiques en place, C’est à dire le chef de l’Etat ou son premier ministre ?

Même si Gaid Salah vante les vertus d’un tel mode opératoire qui prône l’impératif d’un dialogue responsable duquel , pourraient se dégager des  » concessions réciproques  » , il affiche néanmoins sa résolution  à maintenir l’urgence d’aller vers des présidentielles, présentées encore une fois comme unique solution constitutionnelle dont il ne veut se dévier.

C’est donc sous cette condition qui consiste à souscrire au rejet de toute forme de transition que l’invitation au dialogue est lancée.

Il semble quasi certain que pour L’institution militaire, l’appel à une passerelle de transition est perçu comme un piège dangereux , porteur d’instabilité .

L’armée se veut intraitable en la matière .  Par ailleurs, le chef d’État major a jugé utile de rappeler dans son message d’aujourd’hui qu’ il est loin de manifester la moindre ambition politique si ce n’est celle qui l’incite à oeuvrer dans l’intérêt du pays  . C’est du moins une sorte d’engagement qu’ il a tenu à faire publiquement .

ABN

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page