Objectifs détournés : le peuple attend la suite !

Et maintenant ? La naissance de la nouvelle république algérienne sur des bases démocratiques va t elle être facilitée après l’élimination des puissantes figures du système présentées comme une menace à la stabilité ?

Le complot qui préoccupait tant le Général Gaid Salah est désormais déjoué si l’on en juge par la qualité des personnages arrêtés et dont on pourrait penser qu’ ils pouvaient encore disposer de certaines capacités de nuisance .

Avec l’incarcération de Said Bouteflika et des Généraux Tartag et Toufik, le Chef d’etat major de l’armée ,Gaid Salah aura bouclé la boucle . Ne subsistera plus aucun motif d’inquiétude qui justifierait le maintien de l’alerte quant aux risques de déstabilisation du pays que le Général évoquait sans cesse dans ses discours .

La rue , du moins une partie pourrait applaudir ces arrestations . Mais l’unanimité sur cette grosse prise du général n’est pas pour autant acquise . Certains pensent que l’occasion a été fournie  par le mouvement populaire au chef de l’armée pour régler de vieux contentieux avec l’ex patron du DRS qui du fond de sa retraite et sous le poids de son âge ne pouvait représenter un grand danger .

Ses réseaux supposés ayant été totalement mis à sec depuis le lancement du 4 ème mandat de Bouteflika .

Par contre , l’arrestation de Said Bouteflika demeure l’événement vedette totalement applaudi par les manifestants en raison de l’implication directe et illégale de ce dernier dans le détournement des décisions à la tête de l’Etat algérien .

Gaid Salah a t il , à travers ces arrestations sauvé l’Algérie ou plutôt sauvé sa tête ?

Cette question taraude les esprits avisés des algériens qui persistent à aspirer à une transition transparente vers une république démocratique.

Gaid Salah devra encore apporter les preuves de son engagement propre en direction des attentes populaires.  Nous sommes loin des revendications de fond formulées depuis le 22 février.

Il est vrai que tous les symboles de Bouteflika sont en train de tomber . Par contre deux rescapés majeurs,des proches de Bouteflika sont à la tête du pays et suggèrent leur attachement à conduire la transition dans la transparence.  Bensalah et Bedoui, deux noms honnis par le mouvement populaire , affichent encore leur insolence face à un peuple qui n’est pas prêt à composer avec eux.

Et cela , Le chef d’etat major feint de l’ignorer sous  prétexte des limites constitutionnelles .

Karim A

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page