Les fausses récoltes des manifestations: Objectif détourné !

Après la chute de Bouteflika, le mouvement populaire toujours intact et renforcé dans ses convictions demeure en attente de la suite.

Au bout de ce 10 ème vendredi et plus d’une vingtaine de discours du chef d’etat major , le bilan de la récolte est maigre . Insignifiant même !

Fausse récolte qui ne répond point aux millions de voix qui crient encore leur volonté non négociable de véritable changement.  Départ de tous les symboles de Bouteflika .

On limoge des walis dont le controversé Zoukh, on élimine avec du retard quelques conseillers et fonctionnaires de la présidence , on annonce le déboulonnement de l’illustre prince du club des pins Hamid Melzi que l’on dit à mi chemin entre Bouteflika et Toufik , et on offre la convocation du parquet de Ahmed Ouyahia et du ministre des finances comme preuves de bonne intention d’une justice surgie du brouillard libérateur .

Pas suffisant et ce n’était pas prévu dans le contrat que le peuple voulait à un.moment donné sceller avec le général Gaid Salah .

Ce dernier est fortement appelé par les manifestants à verser un accompte , à donner un gage qui permettrait au peuple de croire.  L’exigence passe par la preuve que donnera le chef d’etat major sur une rupture réelle avec les hommes de l’ancienne équipe.

Des doutes sont fortement émis quant à la renaissance de cette justice armée de garanties militaires qui s’offre un menu hors normes et qui ouvre les dossiers complexes de la corruption .

En plein mouvement de protestation et d’incertitude politique, l’action de la justice qui a ciblé de manière spectaculaire des oligarques proches de said Bouteflika ne rassure pas pour autant les masses populaires qui y voient une sorte de diversion pour passer à côté de l’essentiel .

Si le choix de ces oligarques repose sur leur proximité avérée avec les cercles de l’ancien président alors autant déclarer qu’ il s’agit là d’un procès ouvert contre tout un mandat . Tout un régime !

Tous ceux qui ont été jusqu’ ici arrêtés ou interpelés sont réputés proches des centres de décision. De Haddad ,kouninef et compagnie ainsi que les interdits de sortie appartenant au FCE, ils ont tous été reconnus comme des privilégiés d’une époque où il faisait bon d’avoir une certaine fréquentation.

Il y a donc ici mal-donne: le choix de ces justiciables est en train de produire des dégâts collatéraux car dans le lot des personnes visées et qui sont concernées par le bénéfice d’indus avantages et profité de leur position, il y a une victime de ce même système  dont on fait aujourd’hui le procès .

Cette victime , Rebrab , la bête noire des Bouteflika qui ont rêvé de le jeter en.prison ne serait ce que pour 48 heures !

Ils n’y arriveront pas malgré tout l’acharnement de leur illustre pion Abdeslam Bouchouareb embusqué ministre en charge de la traque de cevital .

Il est donc important de clarifier le but de ces enquêtes et leur timing.  Car seules quelques voix , des avocats et des amateurs politiques avaient appelé à l’ouverture de ces poursuites.

Grave erreur de la part d’activistes censés mesurer la portée de telles conséquences qui risquent de voir naître la confusion dans le traitement des affaires . Entre règlements de comptes et forcing politique dans un contexte de crise tendue, le doute est permis . Ceux qui , en plein mouvement populaire ont réclamé des procès n’ont pas su apprécier l’ordre des priorités . La première étant celle du changement de régime . Et non celle des butins de guerre !

Il y a la hiérarchie des scandales . Et les scandales de la hiérarchie. On ne juge point pour absorber la colère du peuple . On juge pour rendre justice au peuple .  En son nom !

Abdelkrim A

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page