Les enfants du FLN: Fin de la récréation et place au sérieux!

Il a fait le vide autour de lui . Il a totalement chamboulé la composante et le fonctionnement de son parti . Du bureau politique entièrement revu et relooké suivant son propre schéma , il se debarassera des gros calibres du FLN tels Tliba, Djemai, Khaldoun etc . Il s’est entouré d’autres figures totalement acquises par les ambitions brandies même si elles ne sont point convaincues par l’homme .

Le FLN d’aujourd’hui c’est surtout ces alliances nourries par une hypocrisie sans limites où seules comptent la disponibilité à la servitude et l’entière docilité . Soumission politique sans retenue et bien assumée ! Ould Abbes a réussi dans son vide.

Mais il aura également fait le plein ! En matière d’erreurs stratégiques et de discours peu éloquents qui vacillent entre le comique raté et le drame forcé, celui qui ne pensait jamais avoir à subir l’humiliation du débarquement en plein parcours a fini par achever ce que son prédécesseur avait eu à entreprendre.

Enfoncer le FLN dans le mépris et discréditer encore plus l’image peu flatteuse d’un parti devenu symbole de malheurs et d’échecs dans un pays qui compte sur l’honneur d’avoir consenti plus d’un million et demi de martyrs.

Au nom de ce même sigle qui fut le temps d’une révolution, une identité synonyme de fierté et de liberté. Le FLN d’aujourd’hui , réduit au business et soumis aux pires caprices malsains des prétendants à la rente illicite a fini par sombrer dans une sorte de reddition , jeté , enchaîné entre les mains de la pire malveillance. Un parti jadis symbole qui capitule face aux intérêts des uns et des autres .

Depuis Amar Saadani, le plus vieux parti a connu une descente tapageuse avec comme résultante en bout de course, le spectaculaire viol collectif des lois de la république et devant tout un peuple comme témoin ! Il se débarrasse du troisième homme de l’Etat, président de l’assemblée, lui même, « enfant » du même parti. Plus vieil enfant d’un parti , devenu appareil, promu en État, comme aimait à le souligner Djamel Ould Abbes.

Abdelkrim Alem

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page