Leçon numéro 14 d’un peuple qui ne recule pas!

Leçon numéro 14. Un des plus fabuleux vendredi du mois de ramadhan , des millions d’algeriens sous l’effet du jeûne, nourris de détermination et chargés de messages à l’adresse du régime.

Comme s’il fallait encore le démontrer, le mouvement populaire s’est traduit en ce 14 ème vendredi par une mobilisation encore plus renforcée par le nombre et la qualité des slogans dont l’essentiel portait sur  » la primauté du civil sur le militaire  » ou le  » non à un État militaire  » .

Le rejet des élections présidentielles sous la conduite des Bensalah et Bedoui fait l’unanimité.  Aucun doute sur la maturité politique des algériens sortis dans plusieurs wilayas pour se rejoindre autour d’un objectif commun : la démocratisation authentique de l’Algérie .

Ce matin , Alger a été pratiquement couverte du bleu omniprésent des forces de police dont le nombre a impressionné tous les observateurs.

Un État d’exception qui ne dit pas son nom sur une capitale dont le centre et plusieurs placettes ont été pris d’assaut par des camions et autres véhicules de police dressés sur des distances aussi longues que cette volonté des pouvoirs publics de tenter le coup de force contre la détermination des protestataires.

En outre tous les accès à la capitale ont été bloqués par les barrages empêchant les populations des autres wilayas ou de la périphérie de rejoindre les marcheurs Algerois .

La stratégie du régime consistant à réduire le nombre des marcheurs ne fonctionne pas . Pourtant, l’intimidation policière commence par des interpellations de plusieurs manifestants , vérification des papiers et surtout on a même fait état de certains dépassements . Des manifestants ont été dépouillés de leurs drapeaux amazigh .

Aujourd’hui il a surtout été question de lutte psychologique, une bataille d’un autre genre  celle de l’affirmation et de la confirmation.

Les Algerois se lancent à l’assaut de la place des martyrs, nouveau symbole de lutte désormais choisi pour crier haut et fort , que désormais cette détermination née le 22 février continuera à exprimer la souveraineté du peuple .

Boumerdes , Bouira, Tizi ouzou, Skikda, khenchela  , medea, Ain defla , bordj bou arreridj, Mostaganem, Oran ainsi que plusieurs villes d’Algérie ont vibré pour que soit entendue la voix du peuple .

Belle leçon de mobilisation.

ABN

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page