Le peuple réclame le départ du système : Le général lui offre du Toufik!

Le général Toufik est il devenu l’ennemi public numéro 1 ?

L’ancien homme fort du système Algérien , puissant patron de l’ex DRS jouit d’une attention particulière de la part de l’actuel homme fort du pays , le chef d’État major de l’armée , le général Gaid Salah qui vient encore une fois de lui réserver un chapitre assez violent et au ton direct dans son discours de ce mardi .

Dans un dernier avertissement lancé à Toufik qu’ il désigne cette fois ci nommément , Gaid Salah prend soin de s’adresser à l’opinion nationale , encore une fois , comme témoin de sa mise en garde et de la probabilité d’engager des procédures légales à l’encontre de L’ancien chef du DRS . Celui ci est sommé de se tenir loin de toute manoeuvre ou intrusion dans le débat de l’heure .

Toufik est directement accusé d’essayer d’entraver la dynamique de l’institution militaire dans sa gestion de la crise actuelle et il est soupçonné de prendre part à des réunions obscures selon le chef d’État major qui ajoute qu’ elles ont lieu avec des parties occultes et ce dans le but de déstabiliser la situation du pays et de nuire à la volonté populaire .

Graves accusations qui interviennent dans un climat d’extrême tension politique , et qui risquent de prendre une tournure inattendue du fait du statut actuel de l’accusateur qui n’est autre que l’homme fort du pays d’une part et de L’ancien statut de Toufik qui lui conférait un rang des plus sensibles , voire de véritable patron de l’Algérie des années durant .

Gaid Salah qui jure agir dans l’intérêt du pays et en parfaite cohésion avec la volonté dictée par le mouvement populaire auquel il se déclare adhérer,présente les agissements de Toufik comme une trahison et affirme détenir des preuves irréfutables sur les agissements douteux de celui qui entendrait  déstabiliser le pays  .

Il présente l’ex patron des services comme un potentiel danger . Il en fait presque une cible prioritaire alors que la rue réclame le départ d’un système . Et elle désigne nommément les hommes à dégommer en urgence !

Toufik semble bien parti pour servir d’offrande à la colère populaire . Prendre à témoin l’opinion au lieu de laisser la justice se charger du dossier, si tant est, que la preuve existe, pose une problématique sérieuse sur les intentions inavouées de la démarche .

Pourquoi Gaid Salah insiste t il dans son mode opératoire qui consiste à prendre à témoin l’opinion publique sur des faits qu’ il considère avérés ? S’agit il d’une option reflechie censée préparer la rue pour justifier quelques actions qui seraient prises ultérieurement contre l’ex patron des services?

D’aucuns s’interrogent quant à la capacité de nuisance ou d’action dont disposerait encore le général Toufik qui est officiellement mis à la retraite forcée depuis plus de 4 ans .  L’homme invisible dont l’évocation du nom faisait trembler le plus tenace des opposants est curieusement présenté comme un être vil, ennemi du peuple et auquel on prête une grande influence même à partir de sa retraite.  Disposerait il de réseaux actifs à même de lui conférer ce degré de menace qu’ il représenterait ?

Il y a une complexité de faits qui rendent difficile la lecture des événements actuels . D’abord en 2013 Toufik opposé au 4 ème mandat s’est vite retrouvé isolé et poussé par la suite à une sortie humiliante par les Bouteflika qui ont mal apprécié son positionnement . D’ailleurs pour faire face à la révolte de Toufik  les Bouteflika avaient trouvé en la personne de Gaid Salah un précieux allié qui allait contribuer à la réalisation du 4 ème mandat .

Il est donc curieux de considérer aujourd’hui que Toufik consente à se liguer avec ses ennemis d’hier contre le peuple qui s’est levé pour revendiquer sa dignité et crier sa colère contre le système qui a conduit le pays à l’impasse .

En tous cas , entre Gaid Salah et Toufik, le courant est en train de passer du niveau électrique à celui de l’explosif . C’est un front délicat ouvert en pleine crise politique .

Comme le laisse entendre le chef d’état major, toutes les perspectives restent ouvertes . Et ce au sens très large …

Aussi , les parties  » occultes  » qui auraient part aux fameuses réunions seront elles à leur tour interpelées ? Quelle sera la réaction de Toufik ? Va t il  adresser lui aussi une lettre explicative à destination de l’opinion publique ou replongera t il dans son profond silence ?

Le chef d’etat major quant à lui , se déclare decidé à assumer son rôle de garant de la sécurité du pays et laisse entendre que sa mission puise essentiellement son essence d’un cadre légal, voire constitutionnel .

Sauf que dans cette guerre des tranchées,  le général Gaid Salah ne souffle pas un mot sur les Bouteflika ou autres individus ayant pris part à ces réunions troublantes.

Dans le brouillard qui est imposé  à la rue , force est de constater que les cartes ont été bien choisies .  Et celle de Toufik offre la valeur d’un atout destiné à absorber une colère plutôt orientée .

On verra plus clair,  les jours prochains !

Karim A

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page