Coupures d’eau : Le ministre limoge en  » gros » et  » coupe  » les têtes…

Des coupures d’eaux et principalement celles de la wilaya d’Alger ont coûté cher aux responsables du secteur.

Les sanctions continuent après celle du Directeur général et de ses collaborateurs de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL) ainsi que des directeurs locaux d’unités…

Le ministre des Ressources en eaux, Arezki Baraki, continue de faire le tri parmi les hommes de son secteur et cela suite à l’application des instructions données par le président de la République ; Abdelmadjid Tebboune lors du Conseil des ministres tenu le 23 août visant à trouver une solution définitive au problème des coupures de l’eau potable et de la mauvaise gestion des ressources en eau dans certaines villes et zones d’ombre.

le Mardi 01 Septembre, il a mis fin aux fonctions des directeurs des Ressources en eau des wilayas de Sidi Bel Abbès, Mascara, Ain Témouchent, Relizane, Tlemcen, Naâma, Souk Ahras, Blida, Saida et Tissemssilt », indique un communiqué du Ministère, ainsi que les directeurs par intérim des Ressources en eaux des wilayas d’Oran, Khenchela, Tébessa, et M’sila .

Le ministre a mis fin aux fonctions des directeurs délégués des Ressources en eaux et de l’environnement de la circonscription administrative de Timimoune et celle de de Bordj Badji Mokhtar.

Il a limogé également des chefs de départements des sections des circonscriptions administratives de Birtouta, Chéraga, Rouiba et Bouzaréah à Alger.
Peut-on marquer la fin des coupures répétitives d’eau avec ce large éventail de sanction ?

Nadi. K

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page