La banque d’Algerie perd la tête : Le gouverneur perd au change!

Mohamed loukal qui passe comme ministre des finances perd réellement au change . Il rejoint l’exécutif de Bedoui après avoir occupé un poste autrement plus important à la tête de l’autorité monétaire du pays en qualité de gouverneur dont le statut dépasse de loin celui du ministre . Une  » dégradation » acceptée par loukal , qui a eu à diriger l’une des banques les plus sensibles du pays , la BEA qui gère les avoirs de Sonatrach entre autres et qui est actionnaire dans plusieurs établissements financiers  à l’étranger .

Le nouveau ministre des finances perd la souveraineté et la liberté de manoeuvre qu’ il avait à la tête de la banque d’Algérie et s’engage désormais dans une aventure politique en ces temps de crise . Probablement il a dû se résoudre à fuir la pression subie récemment suite à la polémique sur les mouvements de capitaux suspects dont la rumeur en a fait un point d’insistance . Il y a aussi le recours à la planche à billets , opération anti économique que loukal était contraint de réaliser sans réelle conviction mais qu’ il doit néanmoins assumer en sa qualité de garant de la politique monétaire de l’Algérie .

Jusqu’à maintenant on ne connaît pas encore le nom du remplaçant de loukal à la banque d’Algérie . Cette dernière est un des maillons les plus exposés en ces temps de crise et de fait aucun flottement ne peut être permis au niveau de cette institution .

Pour Loukal , la nouvelle mission est quelque part une délivrance qui ne dit pas son nom . Éphémère , son passage aux finances lui assurera une sortie qu’ il cherchait probablement.

 

Abdelkrim Alem

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page