Des lois corrompues qui ont produit le désastre : Trop de milliards en jeu !

En appelant à l’ouverture des enquêtes sur la corruption en plein mouvement populaire , les quelques activistes connus ont fourni à Gaid Salah une bonne matière pour détourner les débats . Ils ont tendu sans le savoir un véritable piège au mouvement de la rue .

Le General prend au vol cette revendication de second degré et va s’investir à en faire une préoccupation majeure .  L’installer comme principale revendication et oeuvrer à gagner à cette cause une bonne partie des manifestants qui voient défiler _caméras de tv aidant _ certaines personnalités politiques et du business ,auprès des juges .

On annonce officiellement le lancement d’une grande opération mains propres jusqu’à en faire oublier la revendication essentielle portée par des millions d’algeriens.

Erreur stratégique de certains avocats et magistrats qui ont inversé les priorités et ont gravement fait montre d’imprudence politique au point où aujourd’hui, ils se surprennent à constater que la justice ne peur réellement être indépendante pour se permettre une telle mission .

L’institution militaire qui se dit farouchement respectueuse de la constitution pour se laisser entraîner dans un quelconque espace politique commet néanmoins la contradiction de se déclarer garante de l’indépendance de la justice . Elle l’assure de son accompagnement pour la soustraire aux pressions et aux contraintes.  Paradoxe plein et manifeste.

L’indépendance de la justice tient elle d’une décision de L’armée ?

Est ce dans les attributions de cette dernière de dicter les dossiers à ouvrir et à recommander la cadence à observer ?

Tout semble être orienté sur l’arrière pensée qui veut ouvrir toutes les manoeuvres pour apporter des réponses urgentes censées absorber la colère des manifestants .

Il est vrai que la lutte contre la corruption et la dilapidation des deniers publics est une oeuvre à saluer et à encourager mais telle qu’ elle choisit comme tournure destinée juste à répondre à la rue , elle peut commettre de graves erreurs et surtout produire des victimes .

Comment éviter les règlements de comptes et s’eloigner de l’arbitraire quand la liberté de juger n’est pas suffisamment encadrée par une application stricte et objective des textes .

L’enveloppe politico-militaire qui est en train de couvrir la démarche judiciaire pourrait constituer un facteur subjectif qui éloigne cette mission des objectifs d’une justice irréprochable.

Traquer les malversations économiques , les trafics financiers et les détournements dont la majorité se chiffre en milliers de milliards n’est pas une simple affaire que l’on peut résoudre sur simple injonction ou instruction.

La complexité de la mission où les enquêtes peuvent nécessiter de l’expertise avérée et de la haute qualification pourrait aussi prendre beaucoup de temps .

Car au fond il est surtout question de noter que les oligarques mis sous enquêtes ou arrêtés ont pour la plupart tiré profit de lois complices et de textes corrompus qui ont été solennellement adoptés et votés par des parlementaires de l’ancien régime et qui sont toujours présents pour encore servir .

Quand Gaid Salah déclare avoir été presque effaré par les sommes astronomiques objet de suspicion révélée par les enquêteurs il renvoie sans le dire au procès de tout un régime.  C’est à dire de ceux qui ont tourné autour des cercles de Bouteflika.

La justice est elle suffisamment outillée pour se lancer sous le sceau de l’urgence dans ce menu inédit qui affiche des dossiers plus lourds les uns que les autres ?

Elle est appelée sans nul doute à juger toute une époque où l’argent coulait à flots entre les mains exclusives de certains privilégiés qui ont surtout été à la base, les concepteurs de ces lois enrichissantes  .

Le fond est très compliqué même si la forme conduit directement à l’hypothèse indiscutable de la main bénite d’un certain Said Bouteflika, le noyau de l’organisation sacrée . L’arrestation de ce dernier n’est pas une surprise au regard de la loi . Elle est un aboutissement inévitable des enquêtes en cours.

Il reste maintenant ,que les supposées menaces que constituaient les agissements des Généraux Tartag et Toufik ont été désamorcées , de passer à l’essentiel : répondre au plus tôt aux revendications populaires lesquelles rejettent les élections du 4 Juillet sous l’architecture du duo Bensalah et Bedoui.

Wahib A

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page