Déclaration du president de la république française: des concessions effet d’annonce, un gilet jaune réticent.

Le president s’est donc adressé a ses compatriotes, des propos mesurés caressant les uns dans le sens du poil invectivant les autres en se mettant dans une posture de fermeté concernant les violences revendicatives qui selon lui sont justifiées ; une je vous ai compris a la General De Gaule mais sans le charisme qui l’accompagne.

La colère a-t-il dit ne justifie pas la violence quand celle-ci se déchaine, la liberté cesse il a donc annoncé donc 4 mesures phares :

– Hausse du Smic de 100€ par mois

– Défiscalisation des heures supplémentaires

– Défiscalisation de la prime de fin d’année

– Annulation de la hausse de CSG pour les retraites inferieures à 2000€

Le président de la république est apparu moins fringuant, un peu plus dans la sensibilisation, il a abordé beaucoup de thèmes sans forcement rentrer dans le détail, il a décrété d’ailleurs un état d’urgence économique et social ce qui crée effectivement un paradoxe, car l’argent il va falloir le prendre quelque part : des reformes structurelles, quant à la mathématique respectant l’équilibre de l’équation, elle est sérieusement  mise à mal

Ca et la, les avis et les analyses sont partagées et ce qui a été omis par la plupart des analystes  c’est que lors de son allocution le président a implicitement mis en cause ses prédécesseurs :  «ce qui se passe est le résultat  de 40 ans de malaise» a-t-il affirmé, ce qui ne serait pas totalement faux: un dédouanement à mettre au crédit des Sarkozy et Hollande qui ont creusé le déficit et semé ce que le président Macron récolte en ces temps.

Monsieur Mélenchon et les insoumis quant à eux, ne semblent pas adhérer a la manière dont le président Macron s’est adressé au peuple car dit-il : « il  a commencé par gronder les français »  et il en a oublié pas mal, les chômeurs par exemple, les fonctionnaires, la jeunesse non scolarisées, il n’a pas omis de mettre l’accent sur l’équation bancale que nous avons mise en exergue : la provenance des fonds du financement de toutes ces mesures.

Le mouvement gilet jaune semble indécis en tout cas ce soir quant à la poursuite de la saga et un possible acte V samedi prochain.

                                                                                                                                  Rafik Djilali

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page