Croatie-Angleterre: Une fulgurante résurrection croate!

 

Un football tout en finesse, symbolisé par les Modric, Rakitic, de la technique à revendre et une opposition  non moins technique, mais dans le fighting spirit a l’anglaise, la détermination, le mental. Un match qui promet !

Nous nous attendons aux deux mêmes ossatures des matchs précédents  à quelques exceptions  prêt, donc coté croate et son indispensable maitre à jouer Maitre  Modric, le Rakitic du barca,  en pointe un Mandzukic très alerte, une défense conduite par un Dejan Lovren retrouvé.

 Dans l’autre camp, il s’agirait donc de la star et non moins buteur de la sélection anglaise Harry Kane, de l’autre Harry, un colosse imposant sa loi dans les airs comme sur terre car très bon balle au pieds aussi, ex coéquipier et ami de : ( Riyad Mahrez transféré lui a Manchester city pour le plus grand bonheur  de Guardiola) ,un sterling feu follet, une jeune génération anglaise symbolisée par les Dele Alli, Jessy Lingard un Henderson et un Trippier au milieu  de terrain et une défense centrale composée d’un Stones et d’ un latéral très offensif en la personne de Kyle Walker et enfin un gardien pour l’Angleterre ,un bon, un Pickford en feu . Les débats sont lancés, les des sont jetés, place au jeu, place à  la confrontation aux schémas à la technique : de la chaine d’élaboration jusqu’au produit finit celui-ci même, qui affronterait la France en finale.

Un stade Loujniki en ébullition et des supporters anglais comme a l’accoutumée sages, très sages et sans débordement aucun.

La partie lancée, quelques échanges les intimidations de début de match et coup franc à la 5,’  faute de Modric sur Dele Alli, on ne peut mieux placé pour le droitier qu’est Mister Trippier  qui le plus naturellement du monde, le plaça en lucarne.

Des lors, on ne vit qu’une équipe anglaise dans le mouvement, la création et surtout l’organisation, alors que l’équipe croate qui avait fait forte impression jusqu’à présent, semblait loin, très loin de son sujet : un Modric et Rakitic neutralisés et une attaque frappée d’inertie qui ne savait guère par quel bout débrouiller les origines de ce labyrinthe anglais. Les croates en manque  d’inspiration ne savent pas, ne savent plus jouer au ballon.

Et soudain, comme par miracle le réveil croate sonna : un réveil électrochoc qui eut le mérite de produire un jeu jusqu’ici inexistant, mais qui allait entre autres ramener l’égalisation par ce Perisic à la 68’, des croates retrouvés, des croates sur vitaminés jusqu’à la fin du temps réglementaire.

En prolongation, on eut droit au même scenario, des anglais d’abord fâchés d’avoir fait une petite sieste, donc un démarrage plutôt dans le mouvement malgré des organismes éprouvés puis tout de suite après ces croates…. , ces croates stratèges dirait-on ayant senti la fatigue anglaise en remirent une couche, ils se mirent désormais dans le costume du patron et prirent la direction des affaires et sur une remise de la tête inopinée de Pivaric, il trouva Mandzukic  à la 109’qui a son tour fusilla le pauvre gardien anglais Pickford.

La Croatie revient de loin, de très loin !

La Croatie sera le prochain adversaire de la France en finale de coupe du monde, une première !

De Paris Rafik D

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page