Ce 12 Avril, le plus  » Vendredi  » de tous !

Premier Vendredi sous Bensalah, chef d’État !

Ce sera le plus  » vendredi  » de tous les vendredis! Celui ci s’annonce tendu depuis l’installation de Abdelkader Bensalah comme chef d’État, au nom des dispositions d’une constitution qui n’en a pas fini de faire des siennes pour aller à l’encontre des revendications populaires .

Ultime provocation , après Bedoui, et le maintien de Belaiz , l’intrônisation de Bensalah à la tête de l’Etat redonne de la substance au mouvement populaire . Substance solide , voire cette fois ci dangereuse en raison de la tournure imprévisible que peuvent connaître les événements .

La colère étant à son niveau maximum , la rue demeure mobilisée malgré les promesses du nouveau chef d’État qui s’engage sans convaincre à réunir toutes les garanties pour une bonne traversée constitutionnelle de 90 jours !

Pas une minute de crédit n’est accordée à l’homme , symbole d’un passé récent et puissant allié de Bouteflika dont il a fait la promotion du 5 ème mandat . La rue n’oublie pas et s’oppose à tout ce qui est issu de l’ancienne équipe !

C’est l’impasse ! Au regard de la loi , toutes les dispositions ont été scrupuleusement respectées . Trop même !, estime la rue qui s’offusque de ce regain d’observation stricte des textes de lois plusieurs fois violés par ceux la même qui les produisent .

L’arrivée de Bensalah avec la bénédiction des parlementaires nourris à la complicité du système qui les a créés est appuyée par le haut commandement de l’armée lequel demeurait comme dernier espoir de sursaut aux yeux du mouvement populaire . Ce dernier , du moins une bonne partie de sa composante restait suspendue à une éventuelle réaction des militaires pour dire non à Bansalah . L’armée a dû capituler face à la rigueur constitutionnelle . Tel semble être son message adressé aux algériens,  les invitant sur un ton de complicité fraternelle à la patience et à la compréhension .

L’Algérien découvre à ses dépens la force  des lois qui semblent plus puissantes  que celles des armes .  À la faveur de ce discours de reddition aux textes , l’Algérien découvre également que la menace le guette tout au long de sa protestation . Elle serait l’oeuvre de parties rattachées à des puissances étrangères qui ne seront ni nommées et encore moins identifiées . L’état major des armées considère en gros  » irréalisables  » certaines revendications exprimées et en appelle donc à la sagesse populaire et à la confiance qui doit lier le peuple et son armée .

Toujours est il , la réponse à cet appel et à la désignation de Bensalah à la tête de l’Etat sera exprimée ce vendredi 12 Avril dans cette 8 ème version de sortie populaire . Tout est désormais possible !

Karim A

 

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page