Alors que les journalistes crient leur colère : le journal liberté marque l’indifférence…

Alors que pas moins de 300 journalistes , y compris ceux du secteur public se serrent les rangs pour apporter leur union comme force positive face à la dérive, le journal liberté se démarque de ses confrères et refuse même de relayer cette action à travers laquelle  les journalistes veulent faire sensibiliser l’opinion publique.

Décidément le journal de Rebrab se perd dans ses feuilles .

Ses journalistes sont certes libres de ne pas adhérer à l’action de leurs confrères mais de là à oser le black out sur cet élan de la corporation relève tout simplement d’un acte tranchant avec celui que dicte le  » devoir d’informer  » .

Pourtant, faut-il le relever au sein de la rédaction du même journal, des noms de journalistes franchement engagés dans la lutte contre la censure et le diktat du système ont réussi à susciter  respect et admiration .

 

Étrange attitude d’un journal qui se désolidarise et qui prône la censure face à un événement qui risque concrètement de peser sur la scène nationale.

C’est probablement une première.  Face aux défis et surtout les enjeux politiques du pays et qui interpellent tous les algériens autour d’une mobilisation active , les journalistes algériens ont , pour une fois, mis de côté leurs clivages pour s’unir contre un ordre établi.

En moins de 48 heures, l’action initiée par les professionnels des médias a réuni plus de 300 signatures dont une bonne centaine issue du secteur public ( radio et télévision ) .

Ils ont pris la résolution de dénoncer les pressions subies et surtout de saisir l’opinion publique afin de lui exposer les dures réalités que traverse cette corporation , confrontée à toutes sortes d’intimidations allant de la censure, aux autres formes de répression, érigées contre elle pour étouffer tout élan du libre droit d’informer.

Désormais, les algériens ne diront plus qu’ ils ne savaient pas . Ils sont pris à témoin par cette catégorie professionnelle qui tente le défi et surtout les risques en allant assurer sur le terrain des couvertures, souvent périlleuses , du fait de cette hostilité érigée en mode systématique par un pouvoir déterminé à museler la liberté d’expression.

ABN

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page