Zeghmati pour booster les élections : Procès publics en marge de la campagne

Ça va démarrer avec L’automobile !

Le 2 Décembre prochain, les algériens seront conviés à un rendez vous unique dans les annales judiciaires du pays .

Ils pourront voir et assister à la première audience d’une longue série où seront confrontés aux juges et surtout à l’opinion , deux ex hauts responsables du pays, et pas des moindres , Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal.

En annonçant ce début des procès engagés dans la lutte contre la corruption, le ministre de la justice Belkacem Zeghmati a insisté sur la transparence de la démarche du gouvernement sur ce chapitre et a souligné que ” la lutte contre la corruption relève d’une réelle volonté politique ‘ .

Tous les procès seront en audiences publiques et ” l’opinion verra réellement le niveau de compétence de nos juges . Les citoyens pourront eux mêmes juger des aptitudes de nos juges et leur qualification. Nous n’avons rien à cacher.  ”

Devant les membres du conseil de la nation , ce mercredi, C’est un Zeghmati aussi déterminé que tranchant qui s’exprimait dans les deux langues ( arabe et française ) pour donner un véritable cours de droit à l’assistance .

Il ajoute, en des termes lourds et appuyés que ” le premier procès concerne le créneau automobile.  Et ce n’est qu’ un petit aperçu de l’étendue de la corruption . Et quelle corruption!”

Zeghmati promet que les algériens vont être choqués de découvrir les dégâts et le niveau de la gabegie née de cette corruption dont le premier procès n’est qu’ un petit acompte sur le phénomène qui a secoué le pays durant le règne de Bouteflika.

Jouant la transparence jusqu’au bout , Zeghmati prend à témoin l’opinion publique et s’en remet à son jugement pour apprécier la qualité des juges, et surtout se convaincre de l’impartialité des procès .

ABN

 

 

Lire aussi