Vendredi 47: Petits dérapages et gros risques

Double attitude ou absence de coordination dans la gestion du mouvement populaire ?

Ce vendredi dans sa 47 ème édition risque de connaître quelques surprises et laisser se produire des débordements inattendus.

Cette matinée, les manifestants se sont vus interdire plusieurs axes de la capitale.

Les policiers en renfort remarquable ont commencé par empêcher tout regroupement avant de lancer quelques arrestations pour disperser le mouvement de foule.

Les principales rues d’Alger à l’instar de celles de Didouche Mourad et de Khelifa Boukhalfa qui constituent un axe essentiel de la marche populaire depuis plus de 10 mois font l’objet d’une pression particulière.

Pourtant hier , tard dans la nuit , nous avons relevé l’absence de barrages filtrants et des mesures restrictives autour des accès vers la capitale, notamment de Tizi ouzou vers Alger.

Ce qui donnait l’impression de conclure à des instructions dictant l’allégement devant être vu comme une mesure d’apaisement.  Alger n’étant plus quadrillée par ces dispositifs sécuritaires tant décriés.

Mais ce matin, les manifestants ont eu un avant goût de ce qui s’annonce comme une nouvelle politique qui souffle le chaud et le froid.

ABN

Lire aussi