Révision de la constitution : l’optimisme de Djerrad

Le premier ministre considére que la nouvelle constitution représente l’essentiel des revendications du hirak du 22 fevrier.

Après avoir été voté par l’APN, en attendant son approbation par le Conseil de la nation, le projet de la révision de la constitution sera soumis au référendum populaire le 1 er novembre prochain.

Le projet est conçu sur six axes dont : «Principes généraux régissant la société », «Droits fondamentaux, libertés publiques et les devoirs », « L’organisation et la séparation des pouvoirs », « Institutions de contrôle », «Institutions consultatives » et « La révision constitutionnelle ».

Il a été remarqué que la proposition de désigner un vice-président de la République, contenue dans la première mouture du projet de révision constitutionnelle, n’a pas été retenue dans le texte final préparé par la Commission d’ Ahmed Laraba, une proposition qui avait suscité des questionnements et des critiques d’une partie de la classe politique.

Lors de la présentation du projet de révision constitutionnelle ce Mardi par le Premier ministre,  devant la Commission des Affaires juridiques, administratives et des libertés à l’Assemblée populaire nationale (APN), en présence de Slimane Chenine, président de l’APN , M. Abdelazize Djerad a affirmé que celui-ci permettait de procéder à « une réforme globale de l’Etat » et d’instaurer un Etat moderne « séparant l’argent de la politique ».

« La révision de la Constitution permettra de concrétiser les engagements décidés pour l’édification de la nouvelle République à la faveur d’une réforme globale de l’Etat et de ses institutions », a-t-il précisé.

le Premier ministre a fait savoir que cette nouvelle constitution “sera un nouveau départ qualitatif devant permettre aux jeunes particulièrement, de tenir en compte tous les efforts consentis pour l’édification d’une « Algérie nouvelle »

Nadi. K

Lire aussi