Remaniement ministériel: Ouyahia, désormais un chef sans équipe !

Remaniement léger. Message lourd. Ouyahia reste en tête mais surveillé de près par Djamel Ould Abbes qui semble avoir remporté une bataille significative en plaçant ses hommes dans ce mini remaniement .

En effet Said Djellab le nouveau ministre du commerce ainsi que Mahdjoub Bedda qui gagne le ministere chargé des relations avec le parlement sont  tous deux , réputés proches du secrétaire général du FLN.

Ce dernier Mahdjoub Bedda ancien député mais également malheureux ex ministre de l’industrie sous Tebboune après avoir occupé ces charges pour moins de quatre mois, revient ainsi aux affaires sous la bénédiction bienveillante de Djamel Ould Abbes avec lequel il entretient des relations privilégiées. Le secrétaire général n a jamais laissé passer une occasion ces derniers temps pour vanter publiquement les compétences de son ami mahdjoub.

Des promesses de retour semblaient dans l air depuis quelques temps . Pour les plus avertis Bedda ” réhabilité ” n’est guère une surprise d’autant que celui ci alors ministre de l’industrie avait déclaré haut et fort que l industrie automobile telle qu elle avait été initiée n était rien d autre qu une arnaque nationale. Moins de deux mois après il sera emporté par un remaniement sans précédent induit par le limogeage de Tebboune.

Ould Abbes aura finalement tenu ses engagements. Ses hommes sont promus et les pions FLN figurent désormais en position stratégique sur l’échiquier gouvernemental. Quant à Djellab dont on dit qu il maîtrise les rouages du commerce extérieur, segment stratégique de l’économie algérienne, il vient remplacer un ministre totalement dépassé par la réalité du marché.

Benmeradi n’a point convaincu au département du commerce. Les cafouillages observés dans son secteur avec les fameuses instructions et listes chargées d’incohérence au chapitre de gestion des flux commerciaux tant internes qu externes ont fini par suggérer les limites de ses décisions. Sa philosophie commerciale aura été un échec total.

Les pénuries sur certains produits notamment le lait en sachet et les perturbations sur d autres produits censés faire l’objet d’une attentive régulation sont autant de points noirs relevés durant le passage de Benmeradi au commerce. Au delà de ces nouvelles nominations qui confortent le poids de Djamel Ould Abbes dans cette reconfiguration , Ahmed Ouyahia qui est reconduit à la tête du gouvernement semble se voir un tant soit peu dépouillé et étroitement ” “surveillé” par les hommes du FLN.

La marge de manoeuvre de l’actuel premier ministre tend à se réduire davantage avec les interférences publiques du secrétaire général du FLN qui jouit désormais d’une ” intrusion ” réfléchie dans l éxecutif.

Par prolongement sous entendu les hommes d’affaires  proches à Ouyahia notamment Ali haddad devraient désormais revoir leurs ambitions expansionnistes.  Le rééquilibrage opéré dans cette architecture économique qui comprend le département de l industrie géré par Youcef Youcefi, un homme qui se refuse à toute aventure ou prise d’initiative sans s’en remettre à ses supérieurs ainsi que du nouveau ministre du commerce , est une délimitation non dite des pouvoirs conférés au premier ministre.

 Le registre des importations qui constitue un sérieux  casse tête des pouvoirs publics sera ainsi une épreuve de taille pour Djellab interpellé par une obligation de résultats. Pourra t’il donc réussir à réduire les importations sans tomber dans le dérèglement du marché domestique et sans menacer le devenir des PME locales?

Karim ALEM

Lire aussi