Quand Said Bouteflika s’en prend au Ministre pour défendre Sovac

À peine installé comme ministre de l’industrie dans le gouvernement éphémère de Tebboune, Mahdjoub Bedda annonce fièrement aux journalistes ” Nous allons revoir toute la politique de montage automobile. C’est une importation déguisée et nous n’allons pas tolérer cette mascarade ” .

Il était loin de se douter de la puissance de feu qui allait s’acharner contre lui.

Après une visite d’inspection dans les unités de montage , Mahboub Bedda sera approché par le puissant patron de Sovac, Mourad Eulmi , habitué à voir le personnel politique plier à ses demandes .

Bedda opposera une fin de non recevoir au patron de Sovac qui voulait connaître les détails des nouvelles dispositions projetées par le ministère de l’industrie qui annonçait la fin des privilèges et un durcissement des règles.

Les proches de Bedda nous informeront que la conséquence de cet “affront ” n’allaient pas tarder.  Le ministre va enfoncer le clou en refusant catégoriquement de recevoir en ses bureaux, Mourad Eulmi , un habitué des lieux où aucune porte ne résistait à ses caprices, ajoute-t-on.

Il n’en fallait pas plus pour qu’intervienne un certain conseiller particulier du président de la république, Said Bouteflika.

” Vous avez modifié le cahier de charges régissant l’industrie automobile sans même prendre la peine de m’informer ” lance Said à l’adresse du ministre qui lui fait remarquer qu’ il ne s’agissait que d’une première mouture . Un brouillon…”

La suite tout le monde la connaît . Après deux mois d’exercice malheureux sous la conduite de Tebboune, Mahdjoub Bedda se retrouve à la prison d’El Harrach où il partagerait la “cellule ” avec Said Barkat et Boudjemaa Talai.

 

ABN

 

Lire aussi