Procès en appel : Sellal veut Bouteflika à la barre

Aussi bien l’ancien président de la république déchu, Abdelaziz Bouteflika que le parlement,  sont aux yeux de Abdelmalek Sellal responsables de toutes les lois qui ont conduit aux graves dérapages dans la gestion du dossier de l’industrie automobile.

Dans le procès en appel tenu ce jeudi à la cour d’Alger, l’ancien premier ministre Abdelmalek Sellal a opté pour une stratégie de défense assez singulière.

D’emblée il dira aux magistrats qu’ en tant que premier ministre à l’époque des faits, son rôle se limitait à l’application des textes dont il précise qu’ ils ont été votés par les députés.

Et d’ajouter qu’ il était en charge de l’application du programme du président . À ce titre, Sellal fera remarquer que ” Bouteflika devrait être convoqué par la justice, au moins comme témoin ” .

Interrogé sur le rôle de l’ancien ministre de l’industrie jugé par contumace, Abdesslem Bouchouareb en fuite, et qui serait un acteur clé dans l’architecture de cette fausse industrie, Sellal a reconnu qu’ il n’avait pas pu le débarquer ni mettre fin à ses fonctions du fait de ” ses relations et de ses appuis ” , mentionne-t-il.

Pourquoi ne pas avoir démissionné alors ? Interroge le magistrat.

Sur ce point,  la réponse de Sellal était vraiment surprenante : il dira que”  vous devinez un peu le sort réservé à ceux qui osent résister.”

Il fera ensuite une révélation lourde de sens en déclarant ” il y a déjà eu le cas d’une haute personnalité qui a essayé de s’opposer à leur politique.  Ils ont fini par l’isoler et la malmener jusqu’à mettre son fils en prison. ”

L’allusion de Sellal est sans équivoques. Les présents ont compris qu’ il parlait du président Tebboune qui avait été démis de ses fonctions de premier ministre en Août 2017 après moins de trois mois d’exercice . Il sera ensuite humilié et isolé pour avoir tenté de s’en prendre à l’argent sale en s’engageant publiquement dans une guerre contre certains oligarques faiseurs de lois avec à leur tête l’ex puissant Ali Haddad appuyé de Said Bouteflika .

Le fils Tebboune sera incarcéré durant 18 mois sans être jugé dans le cadre de l’affaire de Kamel El Boucher.  Il a été tout récemment innocenté par la justice .

Dans ce procès Sellal nie toutes les accusations portées contre lui en première séance où il a été condamné à 12 ans de prison .

Aujourd’hui l’ancien premier ministre a adopté la stratégie de l’attaque en revenant sur le contexte de l’époque et démontrant la responsabilité de l’ancien président déchu et de ceux qui ont voté les lois .

ABN

Lire aussi