Point de vue franco-algérien : Projet d’éradication du franco-maghrébin ?

 

Projet d’éradication du franco-maghrébin ?

Le titre vous choque ?

C’est normal ! Aujourd’hui l’occasion nous est donnée de revenir sur ce qui, s’apparentant à un simple fait-divers, pourrait donner lieu aux inquiétudes les plus vives…

Retour sur les fameux incidents de Dijon pour un enseignement qui s’impose.

 

A Dijon s’est produit un grave incident, il y a déjà plus d’un mois, opposant les communautés maghrébine et tchétchène.

Cela commence, nous explique-t-on, par la prise à parti d’un jeune tchétchène par d’autres jeunes, quant à eux issus de la communauté maghrébine.

S’ensuit alors une étrangeté des plus stupéfiante : une horde d’enragés fonça dans Dijon le dimanche 14 juin à 20h00, s’en prenant à tout individu d’origine « arabe » qu’ils croisaient en guise d’avertissement.

 

Le silence règne étrangement dans les médias concernant les agressions commises ce soir-là à l’encontre de franco-maghrébins n’ayant rien à voir avec la mise-à-mal du jeune tchétchène au début de l’incident. Les journalistes, pseudo penseurs de droite et autres syndicats de police préférant au contraire saluer la réaction tchétchène perçue comme courageuse : « les tchétchènes font le travail de la police » nous avait-on expliqué…

 

En parlant de police, ayons en tête que celle-ci avait déjà quadrillé la ville dijonnaise avant l’arrivée de la troupe originaire de Tchétchénie.

En effet, les Tchétchènes, qui avaient prévenu la police de leur venue, sont arrivés à Dijon à 20h05 tandis que la police était présente depuis 20h00 pile.

Information qui n’a quasiment pas été relayée.

D’après ce que nous savons, seule l’édition spéciale de France 3 Bourgogne du 16 juin aurait exposé ce fait…

 

C’est ainsi que les Tchétchènes ont pu pénétrer dans Dijon le plus normalement du monde, le tout, facilité par la police présente non pas pour les bloquer (ce à quoi on aurait pu s’attendre) mais visiblement pour laisser entrer ces derniers.

 

Les « Allah ou Akbar » fusaient donc à travers tout Dijon sans que cela n’inquiète qui que ce soit parmi les forces de l’ordre, pourtant censées lutter contre le terrorisme.

Nous avons connaissance de ces détails soigneusement cachés dans les médias mainstream puisque ce sont les Tchétchènes eux-mêmes qui se sont alors filmé sur les réseaux sociaux, notamment Facebook.

 

Entendre alors une partie de la droite et certains policiers syndicalistes chanter d’un coup les louanges des réfugiés tchétchènes (dont beaucoup sont venus d’autres pays européens, n’étant même pas exilés politiques en France) invite à interroger la bonne foi de certains donneurs de leçon en matière de sécurité et d’ordre.

 

Il ne s’agit pas de remettre en question le droit d’asile accordé à tel individu ou à tel groupe. Mais concernant les tchétchènes présents ce soir là à Dijon tout porte à croire qu’il s’agirait de ceux que Poutine souhaitait « buter jusque dans les chiottes » au moment de la guerre en Tchétchénie.

 

Nous ne nions pas non plus les phénomènes de délinquance dans les banlieues françaises et donc au sein de la communauté maghrébine.

Ces maghrébins naïfs qui enchaînent les prières, les « dow’a » chaque fois que des musulmans, même à l’autre bout du monde, sont dits « persécutés ».

Peut-être la droite française préférerait-elle le terrorisme à la délinquance ?

Les Français et les Arabes « sont comme l’eau et l’huile » disait de Gaulle.

Peut être pour certains serait-il temps d’incendier la vieille maison France ?

De Paris Samy. H

Lire aussi