Multiplication de preuves, la justice française à l’épreuve : Sarkozy perd toutes ses cartes

La question qui suscite toutes les supputations et qui dans un numéro précédent faisait valoir l’inflexibilité de la justice française qui a traité l’ancien président, Nicolas Sarkozy comme le justiciable lambda qu’une nation ou l’expression de la justice, rend sa pleine signification a l’institution qu’elle représente, se veut dorénavant effective suivis d’actes faisant jurisprudence.

Acculé aux cordes tel un boxeur sonné, par le travail colossal que nos collègues de médiapart ont accompli en assenant une série de preuves et  de témoignages, qui par leur concordance ne pouvaient être occultés, voila que le mis en cause après avoir encaissé des directs sur lesquels il a vacillé, voila que soumis a l’épreuve de l’étau qui se resserre doucement mais surement a coup de nouveau témoignages, venant du fils Kadhafi , Saïf el islam assurant que la Libye a financé la campagne électorale de Mr Sarkozy dans son intégralité, il nie l’évidence avec l’aplomb et le culot qu’on lui connait.

Des responsables libyens ayant été témoins de mouvements de fonds ont subi jusqu’à l’élimination physique, comme l’ancien ministre du pétrole répondant au nom de Choukri Ghanem retrouvé mort flottant dans le Danube à Vienne en 2012. Des carnets manuscrits retraçant de remises de fonds en liquide saisis auprès de cet ancien ministre du pétrole libyen feu Choukri Ghanem et authentifier par  la justice française et norvégienne seraient actuellement aux mains des juges. Et si Takieddine n’avait pas subi le même sort, c’est qu’il connait le clan et a devancé Mr Sarkozy et tout son machiavélisme en passant à l’attaque le premier.

Il faut dire que Mr Takieddine n’est pas né de la dernière pluie, il a un palmarès long comme le bras et que dans ce dossier Mr Sarkozy a joué avec plus fort que lui.

Lors de son intervention télévisé alors qu’il donnait l’impression de se maintenir droit dans ses bottes, Mr Sarkozy à évoqué le fait que Mr Takieddine avait fait de la détention préventive : oui mais pourquoi ? C’était justement concernant le financement de la campagne Balladur alors qu’il était lui-même (Mr Sarkozy) ministre du budget et soutien de premier plan de la candidature de Mr Edouard Balladur a la présidence de la république.

L’évidence disait Albert Camus a une force terrible qui finit par tout emporter, Mr Sarkozy  le visage aux traits graves et sérieux, nous a gratifié d’une de ses phrases fétiches : «  il n’ya pas la moindre trace d’un virement quelconque a –t-il dit, pas la moindre preuve, de la calomnie, de la boue ». Des affirmations qui relèveraient du risible, puisque l’on parle de valises, de liquidités, d’espèces, de bons d’entrée qu’aurait signés Mr Takieddine dans l’enceinte du ministère de l’intérieur et non de virements. Et que deviennent nos amis Guéant et Hortefeux, les amis fideles de Mr Sarkozy et ceux de Mr Takieddine. Ne serait-il pas transitif de rassembler tout ce beau monde et de n’en faire qu’un seul et d’en dénouer le corrélat ?

La justice, ira-elle jusqu’à s’appliquer à ceux qui par leur statut et position l’ont bafouée. Est-t elle aussi souveraine que cela, dans cet état de droit ou l’on ne badine pas avec les lois.

Pourrait-t-on imaginer, Mr l’ancien président à la place qui devrait être la sienne, c’est-à-dire en détention. On lui doit bien cela, on lui doit d’avoir fomenté la destruction d’un pays, on le lui doit. On lui doit d’y avoir laissé l’arsenal militaire le plus important d’Afrique aux mains d’al Qaeda, on lui doit les offensives de Daéch et la percée fulgurante des islamistes dans cette région, mais il ne s’agit la que de conséquences d’actes commis dans un pays arabe qu’on a spolié et détruit ; rien à voir avec la loi, la justice, la France.

                                                                                                                                Rafik D : correspondant ABN

Lire aussi