L’espoir contre le Covid 19: la chloroquine gagne sa guerre contre les politiques

Si en France, il a fallu mener une véritable bataille par le professeur Didier Raoult en vue de sensibiliser les politiques sur l’impératif d’adopter la chloroquine comme seul et efficace protocole thérapeutique contre le Covid19 , les pouvoirs publics algériens n’ont pas eu à tergiverser sur la question : le ministre de la santé, Abdelhak Benbouzid a officiellement annoncé l’adoption de ce remède à la chloroquine comme traitement à appliquer en milieu hospitalier.

 

Se basant sur ce qui est en train de se réaliser en Chine et dans l’Etablissement  hospitalier de Marseille que dirige le professeur Raoult, notamment les résultats franchement encourageants observés, le ministre de la santé algérien a fait preuve de clairvoyance tant que d’autres solutions n’étaient pas disponibles et qu’ aucun choix ne pouvait être offert .

 

D’ailleurs en France, en dépit de ses nombreux détracteurs notamment au sein de la communauté scientifique, le professeur Raoult qui a claqué récemment la porte du conseil scientifique a fini par être conforté dans sa démarche .

Officiellement là encore les pouvoirs publics français ont cédé devant la détermination de cet expert et ont décidé de généraliser le recours à son protocole d’attaque dont il est dit qu’ il a donné ses preuves sur des patients soignés à Marseille.

Il est vrai que l’échantillon a porté sur un nombre réduit de patients au total de 24, mais la preuve aura été suffisamment apportée quant à la nécessité impérieuse d’élargir ce traitement.

 

Le professeur qui a multiplié ses appels afin de convaincre son monde détient un capital de 30 années dans la traque et l’étude des virus les plus dangereux de la planète .

Il est une référence mondiale dans son domaine et sa démarche actuelle qu’il inscrit au chapitre de l’extrême urgence, il la motive par le fait qu’ il s’agit ” d’une situation de guerre” .

Il ajoute qu’ il n’est pas possible d’attendre le moindre essai clinique ou de se conformer à cette obligation réglementaire.  D’autant que le traitement à la chloroquine n’est pas une inconnue médicale.

Ce médicament dont certains dénoncent les effets secondaires est utilisé depuis longtemps contre le paludisme et ” beaucoup de voyageurs l’ont déjà pris” fait-il remarquer.

Pas le temps d’attendre !

Didier Raoult met en avant le serment d’hippocrate et fonce contre le Covid 19 en faisant de son institut de Marseille un centre d’espoir.

Dans sa démarche, il applique la chloroquine qu’ il associe à un antibiotique afin d’empêcher le malade d’atteindre le stade sévère de la détresse respiratoire nécessitant des soins de réanimation et de respiration artificielle .

Son traitement a montré que la charge virale diminue considérablement et le malade s’en sort au bout de 6 jours . Il devient déjà non contagieux et échappe aux impératifs de lourde hospitalisation .

Par ailleurs, il préconise de traiter par la chloroquine dès le début de la maladie et non pas seulement pour les cas graves comme tentent de le soutenir les hommes politiques en mal d’inspiration.

La bataille commence.  Contre le virus . Mais aussi contre les politiques et ces labos pharmaceutiques qui constituent la partie cachée de ce lobby qui fait bouger le monde au gré de ses intérêts.

Enfin, le traitement recommandé est strictement réservé en milieu hospitalier et son coût est reconnu comme étant des plus dérisoires.

L’espoir est-il déjà en marche ?

ABN

 

 

Lire aussi