Le mouvement populaire face aux vérités de l’armée !

Est ce l’impasse ? Le discours tant attendu du chef d’etat major de l’armée est venu rappeler tout le monde dans les rangs.  Cette dernière persiste à défendre sa position constitutionnelle en prônant la stricte observation des dispositions de la loi fondamentale du pays et en conséquence la nécessité d’aller vite et dans les conditions actuelles vers des élections présidentielles .

Point de transition ni de perte de temps. Tel, semble se résumer le messsge.

Aucune autre alternative n’est envisageable en dehors de ce cadre auquel tient tant l’institution militaire soucieuse selon son chef de demeurer engagée dans sa mission d’accompagnement en évacuant toute intention d’implication dans le débat politique .

À ce titre , encore une fois , l’armée brandit la constitution comme argument pour ses limites et son attachement à  demeurer dans ce cadre.

Résultat : les élections doivent être maintenues sous la conduite de l’équipe actuelle . Mieux encore, le Général adresse un message direct aux manifestants qui insistent sur l’impératif de départ d’une foule de figures représentant l’ancien régime . Il dira que ces appels sont irraisonnables et de nature à jeter la suspicion sur des cadres intégres . Il laissera entendre que nul ne peut se substituer à la justice pour juger de leur probité .

Le Général considère à demi mots que cette revendication de faire dégager tout le monde est irrecevable en ce qu’ elle peut provoquer comme vide dans les institutions de l’Etat.  Il pose des limites de raison aux appels de la rue .

Pour autant, le commandement de l’armée aura t- il réussi à clarifier sa position et à amener la rue à adhérer à ses propositions ?

Il est vrai que le mouvement populaire force l’écoute par sa ténacité mais après plus de 3 mois de sorties , même s’il reunit le même principe autour des objectifs de démocratisation de la vie politique , il n’en demeure pas moins qu’ il affiche cette faiblesse à refuser de s’organiser et à désigner ses représentants .

Cette faille qui le soumet à une vulnérabilité de circonstance risque d’être exploitée pour détourner ses objectifs lesquels ont fait consenus depuis le départ .

Désormais , toute lecture devient improbable.

ABN

 

Lire aussi