Le baccalauréat , l’internet et la sanction pour tous

Depuis presque un mois le citoyen Algérien est confronté à une qualité et un débit de connexion médiocre, L’accès à Internet est fortement perturbé depuis le 18 août 2020 en Algérie et ce n’est pas une première alors que Le président de la République d’Algérie, Abdelmadjid Tebboune a appelé le gouvernement et le ministre de la Poste et des Télécommunications à « trouver une solution définitive au problème de faiblesse du débit Internet »,  « définir les facteurs nuisibles et soumettre le dossier au Conseil des ministres si le besoin se fait sentir » afin que le problème de connexion Internet soit résolu une fois pour toute .

l’Internet est un outil essentiel pour l’aboutissement du processus en cours de numérisation de l’Etat et de ses institutions.

Le problème réside toujours mais cette fois ci les coupures sont programmées et planifiées depuis ce dimanche matin, pour assurer le bon déroulement des épreuves du BAC ; une solution dite « Radicale » pour éviter la fuite des sujets du baccalauréat…un simple examen qui montre encore une fois les défaillances de tout un système éducatif .

Cette décision paralyse les usagers d’internet, spécialement les entreprises pour lesquelles maintenant internet est une nécessité absolue et bon nombre de personne utilisent internet pour acheter, vendre et échanger avec leurs clients sur les réseaux sociaux et les sites électroniques.

Avec une décision pareille, il sera difficile de vulgariser et de soutenir la numérisation de nos institutions, voila qu’elle vient en parallèle de l’Ouverture du premier Salon digital international du Commerce et du Marketing à Alger, et au même moment où Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Ammar Belhimer a appelé à la vulgarisation des articles de la nouvelle Constitution et que tous ces axes doivent être développés et expliqués aux citoyens à travers une large campagne médiatique à l’aide de tous les supports, notamment la vidéo, sans négliger l’exploitation de la toile à travers les sites électroniques et les réseaux sociaux.

Encore une fois, nous avons peur de cette technologie qui nous dépasse…

Nadi. K

Lire aussi