LA DOULEUR DES VIEUX: CES GRANDES COQUILLES VIDES !

 

Partout en Algérie, des Aurès à la kabylie , d’El kala à Maghnia , le voyageur verra ces grandes bâtisses silencieuses qui longent les routes .D’autres plus audacieuses  se nichent sur les hauteurs défiant les abimes .

 

Certaines plus chanceuses trônent au milieu des quartiers huppés des grandes villes.

Différentes par leur style , leur couleur ou leur volume , elles attendent inlassablement des visiteurs qui ne viendront jamais .Si certaines émerveillent par leur architecture harmonieuse et par les bougainvilliers qui lèchent  leurs murailles , d’autres dénotent d’un mauvais goût certain offrant à la vue des étrangers des terrasses non finies arborant de façon ostentatoire des pneus , destinés à éloigner le mauvais œil  !

 

Qu’importe  , belles ou laides , elles en imposent par leur hauteur , empilant plusieurs étages avec souvent  des locaux commerciaux au rez de chaussée .Le propriétaire avait dans une ambition démesurée construit pour tous ses enfants se projetant dans un avenir certain .

 

La réalité socio économique du pays en a voulu autrement .

Les enfants ont grandi et se sont envolés vers des cieux plus cléments .Les parents ,devenus vieux sont restés  dans leur grande coquille  vide .

Les garçons partis pour un stage  ou  une visite  ne sont plus revenus .

Les filles ont trouvé des époux et ont fait leurs vies ailleurs .Ces maisons construites souvent au dépend de multiples privations se voient désertées par leurs enfants les plus chers .Le drame des parents vieillissant seuls est un phénomène nouveau dans notre société .

 

Nous critiquions à juste titre d’ailleurs , les maisons de retraite conçues dans les pays développés pour abriter  les parents au crépuscule de leur vie .

Qu’ en est –il donc de tous ces vieux et toutes ces vielles qui se trainent à petits pas dans ces couloirs vides où retentissent encore les éclats  de rire de leurs enfants partis ?

Ayant construit leur vie ailleurs , ces enfants devenus des hommes et des femmes ne supportent plus de rentrer au pays .

Les prix exorbitants des billets  d’avion et les conditions d’accueil ont fini par convaincre les plus récalcitrants. Ils réfléchissent à deux fois avant de décider de venir pour un court séjour !

 

Ce drame humain est malheureusement commun à toutes les couches de la société.

L’espérance de vie des femmes étant plus longue que celle des hommes, les petites vieilles seules sont beaucoup plus nombreuses .

Vous les verrez courbées sous le poids des ans, trainant leur corps douloureux , esseulées ,tentant désespérément de survivre à cette fatalité .

Parfois  , vous ne les verrez plus ; alitées , dépendantes , elles quémanderont l’attention de leurs voisins bienveillants .

Vous verrez peut être un jour leurs  enfants larmoyants venir pour leur enterrement !

Nadia.T

Lire aussi