La “bénédiction” du conflit : Ce que gagne Tebboune de la crise Libyenne

Absente, voire ignorée sur la scène internationale, ces dernières années, l’Algérie est en train d’opérer un retour appréciable aussi bien dans les répertoires régionaux que dans ceux des grandes puissances.

À la faveur de cette crise Libyenne, le président de la république Abdelmadjid Tebboune fraîchement élu- en dépit du large boycott- s’est vu propulser aux premiers rangs d’une mission à laquelle il ne s’attendait guère.

Il devient,à peine , installé chef d’État, un interlocuteur incontournable dans la crise qui secoue la Libye et qui voit donc se bousculer autour de Tebboune ,l’espace de quelques jours, une importante série de sollicitations émanant de plusieurs pays.

 

Le conflit libyen qui ne laisse guère indifférente la communauté étrangère notamment celle qui bouge , guidée par des intérêts géostratégiques où l’odeur du pétrole domine les appétits,  replace l’Algérie dans un nouveau contexte où un premier rôle lui est conféré.

D’abord en tant que puissance régionale et ensuite en tant qu’ acteur capable de peser sur tous les plans dans la région .

Par delà les contours de cette crise et des solutions de paix , loin de tout recours aux armes comme le réclame l’Algérie dans sa position de principe non négociable et qui place au coeur de sa philosophie le respect de la non ingérence, il y a un homme qui vient de s’inscrire au registre positif de la providence : Abdelmadjid Tebboune.

Il a gagné cette légitimité au niveau international. Une reconnaissance de fait pour son nouveau statut de chef d’État, désormais admis sans complexe au sein de la sphère internationale.

Aux yeux des grandes puissances, l’élection de Tebboune ne souffre point d’irrégularité et l’intérêt de ces pays recommande de composer avec celui qui aura néanmoins été vainqueur de ses élections tant controversées par le mouvement populaire lequel persiste à maintenir ses revendications de démocratisation de la vie politique .

Si au niveau européen les espagnols auront été les premiers à se féliciter de l’arrivée de Tebboune, contrairement à la tergiversation  française dont les autorités ont tenté de faire jouer le doute, le conflit libyen est finalement venu mettre tout le monde derrière l’Algérie de Tebboune .

 

Le ballet diplomatique relevé ces derniers jours à Alger sonne tel un témoignage franc en faveur de la légitimité présidentielle de Tebboune et de son équipe gouvernementale.

La communauté étrangère est désormais prête à (re) travailler avec l’Algérie officielle .

À ce titre , outre l’invitation adressée par Angela Merkel à Tebboune pour assister à la conférence de Berlin et la visite du ministre italien des affaires étrangères ainsi que la prochaine venue d’Erdogan en Algérie, il y a un juste retour de la diplomatie algérienne sur la place internationale.

Ce que Tebboune n’a pas encore recueilli au sein de la maison en terme de pleine légitimité tel que dénoncé par le hirak, il est en train de le gagner à l’international.

Comme quoi, ce conflit libyen est peut être source d’inquiétudes mais il est également une bonne opportunité politique pour engranger des dividendes diplomatiques.

Et cela, le président de la république l’a immédiatement compris .

ABN

Lire aussi