Il sera libéré le 26 mars : Karim Tabbou écope d’un an de prison

Karim Tabbou sortira de prison le 26 mars 2020.

Il a été condamné à une année de prison dont 6 mois avec sursis et 50.000 DA d’amende.

Le tribunal de Sidi Mhamed, vient de rendre son verdict ce mercredi matin dans l’affaire de Karim Tabbou, poursuivi pour incitation à la violence et atteinte au moral de l’armée.

Il l’a condamné à une année de prison ferme dont 6 mois avec sursis et 50.000 DA d’amende.
Il quittera le 26 mars prochain la prison de Koléa, où il est incarcéré depuis le 26 septembre 2019.
Lors de son procès, qui s’est déroulé mercredi 4mars, le procureur avait requis 4 années de prison ferme et 200.000 DA d’amende.

Pas moins de 180 avocats se sont constitués pour défendre, Karim Tabbou, l’opposant politique du régime en place.

Durant les plaidoiries, la défense avait rejeté d’un revers de la main les chefs d’inculpations retenus contre lui. Elle a estimé que c’est un procès beaucoup plus politique.

D’ailleurs Tabbou lui-même avait produit une plaidoirie historique car il ne s’est pas contenté uniquement de répondre aux questions de la juge. Il avait même défié le ministre de la justice garde des sceaux d’ouvrir une enquête sur les conditions de sa détention.

Pour la condamnation, notamment les six mois avec sursis et selon un de ses avocats, au cas où il serait poursuivi dans une affaire similaire, les 6 mois de sursis deviendront automatiquement fermes.

Karim Tabbou, renoncera-t-il à ses activités politiques et son engagement dans le Hirak?

Vu son engagement, cette hypothèse est à exclure. De plus que des milliers de citoyens se sont mobilisés et ont apporté  leur soutien pour sa libération.

Pour rappel, Karim TABBOU , avait été arrêté pour atteinte au moral de l’armé avant d’être relâché, puis arrêté 24 heures après et placé sous mandat de dépôt.

A noter que le fourgon qui  transportait TABBOU de la prison de Koléa vers le tribunal de Sidi Mhamed avait fait un accident.

Karim Tabbou avait un pansement sur le nez et marchait difficilement.

Abdellah DEBBACHE

Lire aussi