France: Une sénatrice menacée de mort

 

L’affaire qui secoue l’impartialité de la France : financement de l’armée sioniste Tsahal par le gouvernement français et son économie

Le scandale passé sous silence ou très peu relayé par les medias, s’avère être le talon d’Achille de cette république française, qui est en phase de perdre toute crédibilité quant à son influence sur l’échiquier international en appliquant des directives dictées sous un Etat de moins en moins souverain, permissif à plus d’un titre.

La France fut un Etat depuis la décolonisation  exemplaire, un Etat matrice de tous les concepts de justice, un Etat de droit qui s’est proclamé pays des droits de l’homme à juste titre sous, De gaule et par la suite sous Chirac.

Le temps fit son œuvre et l’intelligence a infiltré ce géant poreux qui a assimilé et entendu les desseins de ses propres medias et de ses propres décideurs et  leaders d’opinion.

Ce constat amer désormais palpable, donne naissance à des mesures concrètes assumées par l’Etat français sans aucune espèce de retenue piétinant ainsi, les principes de bases et les fondements de cet Etat qui n’est devenu que l’ombre de lui-même, un marche pied contributeur aux massacres contre le peuple palestinien et les enfants de gaza : « ne m’appelez plus jamais France, la France elle m’a laissé tomber »

Une sénatrice inconsciente, une sénatrice courageuse qui a vite fait de déchanter sous le poids de l’intimidation et la menace, la pire des menaces, celle de l’élimination physique.

En soulevant ce lièvre, sur l’existence d’une niche fiscale qui permet une exonération d’impôt à hauteur de 60% sur les dons adressés à Tsahal (l’armée d’occupation sioniste), une question posée par Madame Goulet, adressée au secrétaire d’Etat chargé du budget Christian Eckert.

La sénatrice Madame Nathalie Goulet (UDI-UC)  a du contenir une vindicte médiatique sans précédent et un acharnement sur les réseaux sociaux. Pourtant, cette niche fiscale serait bel et bien effective pour les initiés.

Ainsi donc les particuliers et entreprises qui feraient don à l’armée génocidaire Tsahal se verraient exonérer d’impôt de plus de la moitié de ce qu’elle serait redevable, une manière très lucrative pour les  créateurs d’entreprises et ceux déjà en place pour échapper à une fiscalité lourde. 60%, une exonération non négligeable pour ne pas dire presque totale.

Si cette sénatrice a depuis subi des menaces y compris de la part de sa propre formation, il n’en demeure pas moins que ceci nous renseigne quelque peu sur l’orientation politique du pays des droits de l’homme et de la teneur non moins significative des feuilles de routes et des allégeances qui se profilent à l’horizon.

Le Hirak ne nous empêche pas d’ouvrir les yeux , il n’empêche guère de percevoir ce qu’est entrain de faire  «  Total » de notre nappe phréatique, le peuple que nous sommes qui parle d’une seule et même voix conscient des enjeux sait que pertinemment le danger est à nos portes et que la faiblesse de nos dirigeants ne reflète guère la conscience et la force de l’entendement de 40millions d’algériens.

  La France se doit d’être claire et de se déterminer quant à la question palestinienne, tel que Mr de Villepin l’a fait récemment en dénonçant les massacres perpétrés contre la population de gaza, et de nous éclairer concernant le bien et le mal et concernant l’oppresseur et l’opprimé.

                                                                                                                                    Rafik  D

Lire aussi