Coupures d’eau les jours de l’Aïd: À quoi joue-t-on?

La lutte contre la pandémie de Covid 19 s’est faite sans une seule goutte d’eau un jour de l’Aïd où des dizaines de moutons , pour les communes touchées de la wilaya d’Alger, ont été immolés dans la crasse et la colère.

Déjà vingt quatre heures avant l’Aïd el kebir la Seaal avait annoncé la couleur en procédant à des coupures d’eau lesquelles avaient déjà touché plusieurs quartiers de la capitale.

Le pompon : son Call center connu pour être le plus performant des numéros verts était carrément injoignable !!!

A quoi jouent les responsables du secteur des Ressources en eau ?

La visite hier du Ministre éponyme du Call center en question a été perçue comme un pied de nez par les milliers de clients de la société de distribution des eaux et de l’assainissement d’Alger privés d’eau (coupures intermittentes au niveau de certaines localités d’Alger) depuis trois jours , ce Samedi.

 

Pourquoi ces perturbations surviennent elles comme par hasard à la veille de la célébration de la fête de l’Aïd el kebir, jour du sacrifice du mouton et en plein pandémie de coronavirus où les mesures d’hygiène revêtent un intérêt crucial?

 

Les pouvoirs publics qui appellent via médias interposés à l’observance des règles sanitaires de base et qui de l’autre côté ferment les vannes, pénalisant de fait les foyers algériens déjà lourdement impactés par la crise économique et sanitaire !!!

L’Algerie de demain telle que vécue par l’Algérien d’aujourd’hui ne se présente pas sous de bons auspices.

 

Si l’État voulait dissuader les citoyens d’acheter le mouton de l’Aïd vue la situation sanitaire, il ne devait tout simplement pas autoriser l’ouverture des marchés à bestiaux tout court.

 

Mais couper l’eau dans des dizaines de quartiers de la capitale puis rétablir l’alimentation dans d’autres jouant ainsi sur les nerfs des Algériens déjà éprouvés par l’expansion inquiétante du coronavirus c’est exacerber la colère des Algériens qui n’ont de cesse d’exprimer leur rejet d’un système qui se dit en totale rupture avec l’ancien mais qui réedite allegrement toutes ses pratiques !

Arsy. Z

 

Lire aussi