La coupe d’Afrique, le hirak et les slogans

  Par : Dr Rafik ALLOUI Un vendredi 19 juillet 2019 pas comme les autres, l’équipe nationale dispute une finale de la coupe d’Afrique contre le Sénégal. Cela coïncide avec le vingt deuxième vendredi de contestation depuis le 22 février, le peuple Algérien  est sorti dans les rues de l’ensemble du pays cette fois-ci deux fois en une journée . D’abord durant la journée, il a maintenu sa pression pacifiquement au grand dam de ceux qui misaient sur sa démobilisation au vu de la grande ferveur dont bénéficie  le football chez…

A suivre

Algérie-Sénégal : la clé du match pourrait se nommer Bagdad Bounedjah

  Les spéculations, les projections et discussions de cafés, nous amènent à faire une incursion auprès de nos compatriotes et faire part de notre humble avis, celui d’ABnews autour d’une tasse de café. Un bonheur indescriptible submerge notre algerie tant martyrisée, qui n’oublie certes pas l’essentiel. Le temps d’un plongeon dans la CAN, nous amène tout d’abord à rendre hommage à l’un des hommes clé du onze national quoi qu’on en dise, et ensuite de souligner le travail colossal de ce monstre de Bounejah. Il ne marque pas, il fait…

A suivre

Crise politique : le long chemin de la lutte pacifique

Dr Rafik Aloui Vingt et un vendredis, depuis le 22 février 2019 durant lesquels le peuple Algérien sort par millions dans l’ensemble du pays d’une manière pacifique jamais égalée dans le monde entier. Nombreux sont les acquis obtenus jusque-là, à commencer par l’annulation du cinquième mandat de Bouteflika, la neutralisation de sa bande « el issaba » et la libération de la justice qui est en train de faire payer tous ceux qui ont sévi dans l’impunité quel que soit leur rang. Mais la revendication la plus importante n’est pas encore acquise :…

A suivre

Crise politique: le risque de décalage

Par Dr Rafik ALLOUI Même si les marches, notamment celles des vendredis, continuent de se caractériser par un pacifisme qui a ébloui le monde depuis le 22 février dernier, force est de constater que le pouvoir et le peuple ne sont pas sur la même longueur d’ondes. Chaque semaine, à l’occasion des marches du vendredi, le ton monte d’un cran et les revendications restent toujours pour une Algérie libre et démocratique sans les figures du système. Parallèlement, l’offre de dialogue du chef de l’Etat ne trouve pas preneur de l’ensemble…

A suivre

Moines de Tibhirine: la France recherche son ticket d’ingérence

Après un silence aussi lourd que sa pseudo réserve, la France tente l’incursion par la voie qui sied à ses calculs afin de maintenir son regard sur la crise politique algérienne et le porter aussi loin que le dicteront ses intérêts ,présents et futurs. Son ticket pour une ingérence choisie à un moment de bouillonnement politique de l’Algérie , elle pense le tenir dans l’affaire ressuscitée des moines de Tibhirine dont elle veut faire une voie de” noble “accès en quête d’une justice pendante que les familles de ces tristes…

A suivre

Vengeance silencieuse de Abdelmadjid Teboune

L’homme a totalement disparu des écrans radars, une éclipse presque parfaite si ce n’est que l’évolution de la crise politique du pays, dans son volet judiciaire est en train de rappeler son nom. Le malheureux ex premier ministre Abdelmadjid Teboune, à partir de sa retraite forcée voit de loin défiler devant les juges et dont certains finiront incarcérés,   tous ceux qui , dans un passé récent , l’ont humilié, lynché  publiquement, pour enfin le débarquer tel un malfrat du haut de son poste de chef de l’exécutif. Une mission qui…

A suivre

L’économie Algérienne sous les verrous: El Harrach, destination de tout un système !

Difficile ces derniers temps de trouver un homme d’affaires qui dispose encore d’un passeport . Ou  du moins , qui soit libre de ses mouvements. Le puissant FCE , symbole d’un patronat aujourd’hui au bord de l’effondrement compte à lui seul pas moins d’une douzaine de patrons , soit soumis à interdiction de quitter le territoire national ou carrément emprisonnés . Outre Ali Haddad le président de cette organisation , incarcéré depuis plus de trois mois, ce sont pratiquement les membres influents, des vices présidents du FCE  qui sont l’objet…

A suivre

Mahjoub Bedda, ministre pour 3 mois : Il est convoqué par la cour suprême

L’ex ministre  chargé des relations avec le parlement, Mahjoub Bedda dont le passage à la tête du département de l’industrie sous le gouvernement éphémère de Tebboune n’a pas dépassé les trois mois accomplis, est néanmoins attendu au niveau des juges enquêteurs près la cour suprême. Après leur audition ces derniers jours  auprès du parquet de Sidi M’hamed,  Mahjoub Bedda et son collègue Youcef Youcefi , qui a lui aussi dirigé le meme ministère , ils sont convoqués par la cour suprême dans la suite des enquêtes sur les opérateurs actuellement…

A suivre

L’assemblage automobile décapité : Renault Algérie fait la belle affaire…

Sur les quatre assembleurs automobiles du pays , trois sont en situation critique , voire incertaine, leurs dirigeants étant incarcérés sous le coup de  lourds soupçons de malversations . Ainsi , Mourad Oulmi , patron de Sovac pour les marques AUDI , VW, SEAT , PORSCHE et SKODA,  Mahieddine Tahkout représentant de Hyundai , et enfin Arbaoui pour la marque KIA , sont incarcérés et soumis à des enquêtes lancées par la justice algerienne dans le cadre de la lutte contre la corruption . Le doute plane desormais sur  le…

A suivre

L’armée maintient ses positions: schéma non négociable !

Alors que des initiatives de sortie de crise tentent de se frayer un chemin dans le brouillard, après la récente réunion de pas moins de 7 partis politiques dont le RCD, le FDS , le PT entre autres, appelant à une action plus large et concertée en vue d’assoeir une démarche commune, l’institution militaire réitère ses positions de principe et les présente comme non  négociables . Cette semaine, l’armée a parlé 3 fois . Le haut commandement par la voix de son chef , à partir de Bechar où il…

A suivre