Crise politique: L’urgence d’une reflexion saine

par Docteur Rafik Alloui Le 15 septembre 2019, le chef de l’Etat intérimaire a convoqué le corps électoral pour les présidentielles, fixées pour le 12 décembre prochain après avoir mis en place l’autorité indépendante électorale chargée de l’organisation, le contrôle et l’annonce des résultats. Six mois et trois semaines exactement se sont écoulés avant la promulgation enfin, de cette loi y afférente. Entre  la proposition et l’adoption de cette loi, il n’a fallu que 48 heures, après  deux mois de dialogue mené par le panel de Karim Younes qui n’avait…

A suivre

Ces arrestations qui coupent les têtes

Le mouvement populaire qui tente de se redonner la substance forte qui prévalait au tout début de sa naissance , fait l’objet ces dernières semaines d’une véritable campagne de dévitalisation . Les militants les plus actifs et ceux qui comptent parmi les opposants au système s’affichant  à chaque sortie populaire comme des éléments clés de cette contestation, gagnant autour de leurs discours la sympathie non dissimulée des manifestants, semblent désormais figurer au registre des cibles choisies. Après l’arrestation des anonymes pour divers motifs liés à leur activisme au sein du…

A suivre

Crise politique : Qui a peur des vraies solutions ?

par docteur Rafik Alloui   Le panel de monsieur Karim Younes vient de déposer son rapport auprès du chef de l’Etat intérimaire le 8 septembre 2019, après nous dit-on deux mois de tractations avec ceux qui ont accepté l’invitation et ceux qui se sont fait inviter. Ce rapport semble contenir non pas des propositions pour amender la loi électorale et déterminer le cadre général de l’instance électorale indépendante qui devrait se charger de l’organisation et le contrôle des élections présidentielles, mais carrément des projets de lois que le chef de…

A suivre

Crise politique : l’urgence et les défis

 par Docteur Rafik Alloui   Comme je l’ai souligné dans plusieurs contributions parues au niveau du même journal : tenir l’élection présidentielle très rapidement est possible constitutionnellement après avoir rempli les conditions de transparence, par une instance nationale indépendante. La décision a été finalement prise à ce sujet et le dernier trimestre 2019 est fixé pour l’achèvement de l’opération élection présidentielle. Nous avons en outre averti qu’une période conduite par le nouveau président qui naviguera à vue, ne peut que conduire le pays à l’impasse économique et politique, d’où l’importance…

A suivre

Sorties en série de Gaid Salah: L’intrigue dans les discours

L’heure serait elle aussi grave pour amener le chef d’État major de l’armée à multiplier ses sorties médiatiques et ses discours en l’espace de quelques jours ? C’est une ” rafale” de discours que vient de commettre le Général comme pour signifier l’existence d’une urgence, d’une menace qui justifierait ces sorties répétées, dont le but semble être celui de la mobilisation, voire de la persuation des algériens , autour de l’option arrêtée par les militaires qui se disent intraitables sur leur attachement à la constitution. Dans cette série inédite de…

A suivre

Belkacem Zeghmati : il pourrait créer la surprise au sommet de l’Etat.

Sa réputation d’homme intégre et respectable fait presque l’unanimité dans le domaine qui a toujours été le sien, la justice en l’occurence où il a réussi à susciter le respect autour de sa personne.  En tant que magistrat et fonctionnaire sérieux. Belkacem Zeghmati est il finalement destiné à la plus haute mission du pays , celle qui ferait de lui un probable candidat ” choisi” à la presidentielle annoncée, lui qui revient de très loin , après avoir connu les affres de l’isolement et de l’humiliation infligées à sa bonne…

A suivre

Du panel aux présidentielles: Le hirak pris de cours…

Alors que le panel de Karim Younes part “fort” des “encouragements” du commandement de l’armée et tente de recueillir l’adhésion, il reste particulièrement rejeté par la rue. Il est vrai que certains partis et autres personnalités ont essayé de légitimer l’action de la structure de dialogue mais, la suspicion quant à son rôle, ses attaches et ses objectifs quant à la coloration des enjeux atttendus de cette démarche plonge la crise dans le blocage. D’une part, l’armée qui ne cède devant aucune exigence ou revendication posée en mesure d’apaisement afin…

A suivre

Crise politique: interface floue du panel de diaogue

Par docteur Rafik Alloui Le panel du dialogue et de la médiation «n’est qu’une interface» a déclaré son coordinateur Monsieur Karim Younes à l’occasion de l’installation du comité des sages le 16 Août 2019. Il a rajouté en outre que: «le panel ne parle pas au nom de l’Etat ni du Hirak ». Alors, interface entre qui et qui? Sachant qu’une interface se définit comme étant la frontière de communication entre deux entités. Que l’on veuille ou non donc, le panel parle au nom de l’Etat et du «Hirak» en se…

A suivre

Crise politique: Transition ou exclusion ?

Par docteur Rafik Alloui La transition pour laquelle on a préconisé  réflexion et mobilisation générale de tout un chacun immédiatement et sans attendre, ce n’est pas la transition à laquelle a fait allusion le chef d’état-major dans sa dernière intervention du 26/aout 2019. Nous avons plutôt proposé un processus vers la démocratie dans une Algérie nouvelle pour renouer les liens avec une population qui revendique cela depuis maintenant six mois, rétablir les institutions, et réfléchir sur le devenir du pays et  les décennies à venir. Il s’agit de la création…

A suivre

Crise politique : les clés existent quand l’honnêteté est de mise

Par Docteur Rafik Aloui Il est clair que  depuis le 22 février 2019, les revendications populaires ont évolué crescendos : du refus du cinquième mandat en passant par le rejet des figures du système, à l’appel pour punir ceux qui ont dilapidé les deniers publics en arrivant à une revendication principale : Un Etat de droit pour une Algérie libre et démocratique. Il est clair aussi que nombreuses  sont les revendications qui ont été satisfaites jusque-là à commencer par l’annulation de l’élection présidentielle, l’élimination de la bande «  issaba » et voici…

A suivre