Le dernier acte d’un parlement profondément discrédité…

    Le projet de loi relatif à la nouvelle constitution a été adopté à l’unanimité ce jeudi 10 septembre 2020.   Cela veut dire que la totalité de députés de l’assemblée populaire nationale a voté y compris les 161 députés FLN qui a acheté leurs sièges par l’argent de la corruption selon les révélations de Baha Eddine Tliba et le fils de Ould Abbes lors de leur procès.   Ces derniers sont poursuivis pour des chefs d’inculpation liés à la corruption ainsi que leurs implications dans la vente de…

A suivre

Plus du quart des députés ont ” légalement” trahi le peuple

La population de l’Algérie est représentée par 462 députés. Ils ont été choisis par les électeurs au moment des élections de 2017. Les députés de l’Assemblée populaire nationale exercent 3 rôles importants : Représentant : le député agit comme intermédiaire entre les citoyens et l’administration publique. Contrôleur : lorsqu’ils examinent les actions du gouvernement, les députés remplissent leur rôle de contrôleur. Ce rôle consiste à s’assurer que les intérêts de la population qui les ont choisis sont bien protégés. Législateur : l’activité première du député est d’étudier, d’analyser et de voter les projets…

A suivre

Les algériens en droit de se constituer partie civile contre l’actuel parlement

  Lors de l’ouverture de son procès,l’ancien député Baha Eddine Tliba a fait mercredi 2 septembre 2020 des révélations inédites et ahurissantes sur le déroulement des législatives de 2017.   Interrogé par le juge sur l’affaire des listes électorales des législatives de 2017, l’ancien député a accusé l’ancien secrétaire général du FLN Djamel Ould Abbés, d’avoir orchestré cette opération de « corruption politique ». Il a en effet indiqué que « Djamel Ould Abbès m’a remis un plan de financement de la campagne électorale et le prix d’une tête de…

A suivre

La force du hirak réside dans son indépendance: Aucune ” transaction” possible…

La pandémie de coronavirus a obligé le hirak à marquer une pause pendant plusieurs mois. Le déconfinement total quasi inévitable pourrait l’inciter à reprendre dans les toutes prochaines semaines. Des tentatives précurseurs ont été enregistrées annonçant sa reprise imminente.   Cela étant, tous les États généraux sont en alerte, avec pour objectifs : récupérer ce mouvement populaire pacifique au profit de leurs desseins non avoués pour les uns et avoués pour les autres. 1/Pour les desseins non avoués, ils se déclinent en deux visées opposées avec la même manière d’agir…

A suivre

Dissolution de l’APN: Une opportunité en or pour le Président Tebboune….

La dissolution du parlement devient presque une necéssité. Une urgence. Si beaucoup d’algériens s’accordent à le relever , à le demander, notamment sur la toile, cet espace de concertation , voire de reflexion qui a permis à un certain hirak de changer le cours de l’histoire, il devient stratégiquement payant pour Abdelmadjid Tebboune d’ordonner la dissolution de l’assemblée .   Il y a tout à gagner à le faire. Et le president de la république donnerait ici réponse à une attente populaire d’autant que le parlement a perdu toute crédibilité…

A suivre

Projet de révision constitutionnelle: Les Algériens ont ils été séduits?

Pratiquement 11 mois ( le 1 er Novembre prochain) ,  aprés son arrivée à la tête de l’Etat , Abdelmadjid Tebboune convie les algeriens à une sortie électorale déterminante. Entre la date de l’investiture de Tebboune et celle du référendum, les algeriens ont connu à l’instar du monde entier une crise particulierement aigue.  Au point où le hirak a dû marquer une pause de plusieurs mois alors que  Abdelmadjid Tebboune a tenté d’ouvrir plusieurs chantiers dans le but évident de répondre, du moins aux attentes les plus pressantes d’une large…

A suivre

Test de verité pour les ministres : Tebboune impose des délais et les soumet au contrôle

Les ministres sont plus que jamais mis devant leurs responsabilités. Une obligation de résultats dans des délais assez courts.   Ce dernier conseil des ministres , au delà de son menu et des recommandations a produit une nouveauté qui n’est pas passée inapercue: L’exigence de promptitude attendue des ministres. Ils doivent tous obéir à un délai ‘d’exécution des recommandations. Et chaque étape d’execution des travaux est soumise à une sorte d’évaluation en conseils des ministres. Et c’est le président de la république qui a défini ces consignes en exigeant des…

A suivre

Face à l’égoïsme économique mondial: L’urgence algerienne autour des compétences

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a évoqué la possibilité d’injecter, durant l’année en cours, un montant de l’ordre de 12 milliards de dollars de réserves de change dans des financements d’investissements. Cette annonce a été lors de l’ouverture des travaux de la conférence nationale sur le plan de relance économique qui a réuni, les membres du gouvernement avec des représentants d’organisations patronales et de la centrale syndicale.   Il a indiqué en outre que l’encours total de ces réserves en devises, représentant l’épargne du pays, « se situe actuellement…

A suivre

De la responsabilité efficace des cadres de l’Etat: Mode opératoire pour une optimisation des objectifs

À l’ouverture des travaux de la rencontre gouvernement-walis, qui s’est tenue le 12 aout 2020, consacrée à l’évaluation de la mise en œuvre des orientations du président de la République,le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a affirmé que dans certaines wilayas, ses orientations et les décisions prises par le gouvernement ne sont guère exécutées. Pourquoi cette situation qui augure un dysfonctionnement total dans les rouages de l’Etat ? Pour le président de la République, ces dysfonctionnements ne sont pas fortuits. « Ce sont des blocages volontaires », affirme-t-il. Comment mettre fin à ce dysfonctionnement ?…

A suivre

Belhimer , Drareni et la polémique autour d’un procés: Le mot de la fin revient à la cour

Ce que laisse entendre le ministère de la communication dans l’affaire Khaled Drareni dont le verdict inattendu a soulevé une indignation sans precedent, dans le pays et au niveau international, suggère deux choses: La première étant celle qui consiste à comprendre que Drareni aurait ” prêté le flanc” . Sa qualité de correspondant ou de collaborateur de medias etrangers n’ayant pas été reconnue par les autorités compétentes, le ministère indiquant que n’ayant rien reçu dans ce sens , Drareni ne pouvait en conséquence avoir qualité de journaliste. Du moins au…

A suivre