La banque d’Algérie exécute l’instruction de Tebboune : Mesures spéciales pour les crédits des entreprises

Nouvelles rassurantes pour les entreprises de production ayant contracté des prêts bancaires et dont l’activité subit l’impact inéluctable de la crise du corona virus . Une pause s’impose. Gel des exigences sur le recouvrement des créances. Les établissements bancaires ont été officiellement invités par la banque centrale via une instruction réglementaire à réaménager leur politique de recouvrement des créances au titre des crédits accordés à leur clientèle dont celle versée dans la production se trouve directement impactée par la crise sanitaire. Les banques sont donc tenues de procéder au report…

A suivre

Le retour de la chine pourrait relancer le pétrole…

La relance de la machine économique chinoise va t –elle impacter positivement le marché pétrolier en pleine crise et par la même « sauver » les pays fortement dépendants du pétrole comme l’Algérie ou encore le Vénézuela, pour ne citer que ces derniers ? Alors que le monde se démène à essayer d’enrayer l’épidémie de coronavirus, la Chine s’en est plutôt bien sortie à la faveur d’une stratégie sanitaire « ingénieuse » basée sur le confinement total et le dépistage massif. Son économie repart de plus belle, ce qui augure…

A suivre

Histoire secrète du gaz de schiste : Bouteflika avait ficelé l’affaire

  Voilà pourquoi l’Algérie ne peut plus reculer quant à l’exploitation du gaz de schiste malgré le danger qu’il suscite sur l’environnement : En mars 2011, le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, avait révélé à Houston (USA) l’intention de l’Algérie d’exploiter le gaz de schiste. « Nous sommes intéressés par l’exploitation des réserves de gaz non conventionnels. Nous sommes en train de préparer un programme pilote. Nous sommes en train de choisir une région où toutes les conditions sont réunies. Le programme sera réalisé par la société nationale…

A suivre

Tebboune veut contrôler les importations: Retour au système des quotas?

Un ministère délégué au commerce extérieur, cela décline déjà la nature des verrous que compte introduire le président de la république  sur ce segment d’activité dont les flux à l’importation touchent plus de 40 milliards de dollars par an. Tebboune l’a toujours montré . Il s’est bien montré hostile à l’encouragement des importations et son passage éphémère au département du  commerce sous Bouteflika a été surtout marqué par l’introduction des mesures restrictives qui ont semé la panique aussi bien chez les importateurs qu’auprès de leurs partenaires étrangers. Cette année encore…

A suivre

L’économie,ce département manquant: Qui va gérer la relance ?

Qui va définir la politique économique du pays en ces temps de crise et comment mettre en place une stratégie de relance sous le sceau de l’urgence alors que l’organigramme du nouvel exécutif version Tebboune a exclu le département de l’économie ? Abdelmadjid Tebboune qui s’est toujours montré sensible aux questions économiques , lui, dont la formation universitaire n’est pas étrangère à ce segment, prévoit-il de centraliser la décision économique à son niveau et lui confier une place présidentielle ? C’est à dire gérer la stratégie de relance à partir…

A suivre

Pseudo montage de téléphonie mobile : la ministre met fin à l’arnaque!

    La ministre de l’industrie , Djamila Tamazirt a frappé fort en prenant la décision courageuse de remettre de l’ordre dans un secteur d’activité qui dégageait une forte odeur de l’arnaque fiscale et parafiscale. Elle vient d’annoncer le gel des avantages accordés à la pseudo industrie de montage de la téléphonie mobile en Algérie. Les smartphones et autres modèles de téléphones mobiles commercialisés sous la “fausse” étiquette ” made in Algeria” sortent désormais de la fameuse liste de produits bénéficiant des avantages fiscaux et parafiscaux dans le cadre des…

A suivre

Loi sur les hydrocarbures : Énigme et Amateurisme

Terrible aveu du ministre de l’énergie, Mohamed Arkab. Une énorme bourde qui renseigne sur l’etat des lieux au niveau des grands centres de décision. Ne mesurant sûrement pas la portée de ses déclarations, il indiquera ce lundi que les amendements apportés au projet de loi sur les hydrocarbures ont été tout simplement inspirés par les recommandations des grands groupes pétroliers internationaux !! C’est à peine s’il reconnaissait que ce sont ces mêmes futurs partenaires et acquéreurs qui auraient  “dicté” à nos décideurs la révision de cette loi qui fait couler…

A suivre

Loi sur les hydrocarbures : l’avenir en danger…

Le gouvernement Bedoui a-t-il le droit de lancer des réformes ou de prendre des décisions qui engagent l’avenir de l’Algérie ? L’exécutif actuel , le plus controversé depuis l’indépendance devait se limiter à la gestion des affaires courantes, en s’intedisant en principe toute projection sur l’avenir . Jugé illégitime, né de la brouille constitutionnelle dans un contexte de révolte populaire, L’exécutif de Bedoui dégage cette forte odeur de l’ancien régime du président de Bouteflika dont il semble assurer une continuité déguisée. Pourtant l’actuelle équipe a osé le pas mercredi dernier…

A suivre

Planche à billets : Ils ont donné raison à Ahmed Ouyahia

Triste aveu des décideurs en charge des richesses du pays . Ils viennent tout bonnement d’encenser l’ancien premier ministre Ahmed Ouyahia qui avait préconisé et lancé la planche à billets. Après moult tergiversations et de vaines tentatives de contourner le financement non conventionnel, les pouvoirs publics sous Bedoui annoncent par la voix du ministre des finances la continuité nécessaire de la manoeuvre tant diabolisée. Jusqu’à 2022, pas question d’abandonner la planche à billets, disent ils , eux qui avaient dans un premier temps soutenu que la solution d’Ouyahia était presque…

A suivre

L’impôt sur la fortune : ce n’est pas encore gagné

Un algérien qui affiche un patrimoine estimé à 100 millions de DA est désormais considéré riche . Il devra se soumettre désormais à un impôt de 100. 000 DA. Si la fortune du citoyen est évaluée à plus de 700 millions de DA , le fisc estime alors qu’ il s’agit là d’un contribuable ” très riche ” . Son impôt peut aller jusqu’à 500. 000 DA . Le barème de calcul mis en place par l’administration fiscale prévoit des fourchettes entre 100 millions de dinars et 700 millions de…

A suivre