Le ministre des finances “décrete” une inflation stabilisée: Discours hors champ économique!

En visite d’inspection et de travail ce jeudi dans la wilaya de Sidi Belabes , le Ministre des finances , Abderrahmane Raouya, cité par l’agence officielle s’est voulu rassurant quant au taux d’inflation attendu pour 2019. Rassurant mais point convaincant, le Ministre n’offrant aucun démonstratif de ce qu’ il avance pour considérer la stabilité de l’inflation , laquelle selon lui , sera de même niveau qu’ en 2018. Par quel mécanisme? Et comment peut il “décréter ” une prévision quasi contrefaite puisque justement l’année 2019 risque d’être celle où les…

A suivre

Tizi Ouzou prochaine destination d’affaires de Cevital

Il était temps ! Rebrab décide enfin de porter son regard sur la wilaya de Tizi Ouzou. Parent pauvre dans le global investissement du groupe cevital, tizi ouzou suscite désormais l’intérêt de Issaad Rebrab qui vient d’annoncer dans un tweet son intention de visiter prochainement plusieurs sites de cette wilaya afin d’examiner la possibilité d’y réaliser des projets. Il faut savoir qu’en matière d’investissements et d’implantations d’infrastructures aussi bien publics que privés , tizi ouzou demeure une destination pauvre , voire boudée par les projets de développements. Comparée aux autres…

A suivre

Communication, version Cevital: Rebrab a t il fait les bons choix?

Communication version Cevital! Un compartiment plutôt effacé et effaceur qui fait fi des règles élémentaires devant être observées pour prétendre aux objectifs assignés. Prétendre à la mobilisation des masses et la sensibilisation des decideurs autour de la problematique de cevital requiert une prédisposition à l’éloquence et surtout une disponibilité sans failles à manifester en direction des médias et autres acteurs de la société en mesure d’apporter des contributions au profit de l’intérêt général. Car la problématique de cevital souleve une question de portée nationale et non de dimension régionale confinée…

A suivre

Les miracles de Tizi Ouzou: Tahkout reprend du service

Pour une fois qu’un organisme public reconnaît ses “erreurs” ! Et déclare “l’irrégularité” de sa propre démarche. Il s’agit de la direction des oeuvres universitaires de Tizi Ouzou en contentieux “passager”, voire de très courte durée avec un opérateur privé. Mais pas n’importe quel opérateur puisqu’il s’agit tout simplement de l’influent Tahkout ! Face à lui l’organisme public , en charge du transport universitaire passe aux aveux et se déclare en quasi infraction. Pour l’histoire , il est utile de rappeler que le contrat liant l’entreprise de Tahkout et la…

A suivre

De l”abstentionnisme” commercial, au recel et la fraude: L’hypocrisie du marché automobile

Se rendre ces derniers temps chez un concessionnaire automobile du made in Algeria relèverait presque de la trahison . Sinon du recel. C est du moins ce que laisse véhiculer la campagne de boycott initiée sur les réseaux sociaux et qui se manifeste par une virulence assez prononcée à l endroit des marques assemblées en Algérie. Les patrons de ces unités d assemblage sont accusés d être ni plus ni moins que des fraudeurs qui profiteraient d une situation de marché où la demande explose. Qui oserait s afficher en…

A suivre

l’automobile made in Algeria: La spéculation est ailleurs

Le souci de l’homme d affaire qui a investi dans l’assemblage automobile est de garantir la meilleure marge bénéficiaire susceptible d être acceptée par le marché tout en demeurant compatible avec l impératif de retour sur investissement. Autrement dit , le recours à des prix prohibitifs serait naturellement suicidaire. Pour l heure même si les avantages fiscaux et parafiscaux sont conséquents et assurent une excellente avance il n en demeure pas moins que la chute du dinar a lourdement  pesé dans la dynamique des prix des véhicules. Une perte de…

A suivre

Industrie de montage automobile : Le Ministère de l’industrie a t il violé la loi?

Diabolisés et jetés en pâture par les pouvoirs publics , depuis la récente publication par le ministère de l industrie de la structure des prix relative aux véhicules assemblés en Algérie, les opérateurs activant dans ce nouveau segment se sentent piégés voire discrédités d emblee dès  leurs premiers élans. La démarche initiée contre toute attente par le ministère de l industrie soulève plus de questions qu elle n apporte de réponses. La publication de la structure des prix des véhicules made in Algeria  livrée par les pouvoirs publics sans explicatifs…

A suivre