Aucune manifestation ne peut être justifiée: Le Hirak face à son devoir…

Le hirak ou la vie ? Il ne peut désormais être béni s’il constitue une source de danger pour la population. Le hirak est face à un  devoir de conscience . L’heure n’est plus à la revendication ou à la contestation politique. La sécurité du pays est désormais en danger et ce n’est point en lien avec une quelconque pseudo menace de l’étranger ou d’un conflit interne . Là où  commence le danger sur la vie, la contestation devra s’arrêter. Du moins pour marquer une pause . Celle que dicte…

A suivre

Acte “isolé” ou rébellion contre injonction : le procureur crée l’évènement et secoue les esprits

Ce procureur de la république qui a créé l’événement hier ( lundi ) au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger a-t-il été réellement interpellé par sa hiérarchie, en l’occurrence l’inspection générale du département de la justice, comme certaines sources sont en train de le dire? Les posts circulant sur la toile et qui émanent de fonctionnaires de la justice indiquent que le magistrat aurait été convoqué par l’inspection générale probablement afin de s’expliquer sur son acte et de justifier sa ” plaidoirie ” tenue au tribunal de Sidi M’hamed d’Alger en…

A suivre

Face aux exigences populaires : Tebboune met ses pouvoirs sur la table

Abdelmadjid Tebboune ne perd pas son temps, visiblement . Il semble vouloir passer aux actes, sans grandes annonces, lui qui avait promis d’engager le dialogue avec les personnalités influentes de la société civile et de tous les acteurs politiques . Objectif premier inscrit sous le sceau de l’urgence, réussir à désamorcer le hirak, voire à le devitaliser .  En clair, le président de la république s’en est allé cueillir quelques figures respectables de la scène nationale, à l’instar de Benbitour et de Rehabi. La consultation engagée avec ces derniers et…

A suivre

Ferhat Ait Ali, ministre de l’industrie: Test de vérité pour une critique chronique

L’industrie , ce vaste chantier, totalement destructuré et soumis à des politiques aléatoires où l’approximatif a cédé la place à la gabegie , est désormais confiée à un nouvel arrivant dans l’exécutif choisi par Tebboune. Le nouveau ministre Farhat Ait Ali, présenté comme expert financier par les médias et fortement présent sur les plateaux télés ou à travers des contributions dans la presse est particulièrement attendu pour ne pas dire suivi de près par cette opinion publique qui l’a toujours entendu émettre les plus vives critiques de toute la politique…

A suivre

Abdelaziz Djerad, l’homme du compromis : Test de vérité pour le premier ministre

Personne ne l’attendait et aucune lecture ne pouvait suggérer son nom . Abdelaziz Djerad désigné premier ministre par Abdelmadjid Tebboune est bien parti pour représenter un compromis tant recherché et  dont il est attendu qu’ il soit accueilli comme un gage de rupture et l’amorce d’un nouveau départ. Le choix porté sur ce politologue de 65 ans pour conduire et appliquer le programme de Abdelmadjid Tebboune qui prône l’urgence de rétablissement de la confiance dans la maison plongée dans une crise sans précédent que connaît le pays,  a-t-il des chances…

A suivre

Entre le dialogue et la suspicion : Tebboune secoue le hirak

Comme par enchantement et au lendemain de la présidentielle , le hirak se découvre des représentants qu’ il n’a pourtant jamais demandés . Pire encore, il a toujours opposé un niet catégorique à toute tentative déclarée en son sein visant à parler en son nom . Depuis le 22 février, il s’était établi une ligne de conduite aussi intrigante que suspecte : interdiction absolue d’essayer de prononcer le moindre discours au nom du mouvement populaire . Sans connaître véritablement les tenants de cette interdiction, ses auteurs , ni  ses objectifs,…

A suivre

Le communiqué, l’espion et le candidat : Ali Benflis s’offre un cadeau de fin de campagne

Le candidat Ali Benflis se sent piégé à 48 heures des élections présidentielles , lui qui a mené une campagne relativement fournie faisant étalage d’un programme “ambitieux” qu’ il dit inspiré des revendications du hirak. Pour rappel , un communiqué du parquet de Birmandreis a été rendu public ces derniers jours annonçant l’inculpation d’un homme présenté comme espion travaillant pour le compte d’un pays étranger. L’homme en question se trouve être , selon le parquet, un membre proche du staff de campagne de Benflis dont le nom est explicitement cité…

A suivre

Au delà du 12 Décembre, la solution en sursis

Pleine incertitude à deux semaines d’un rendez vous décisif pour l’avenir du pays . Décisif , en ce qu’ il porte comme enjeu majeur dans un climat de haute tension et en ce sens où la tenue de ces élections, même si elles pouvaient trouver quelques ” preneurs ” ne réglera pas pour autant la crise. Et cela tout le monde le sait . Y compris les promoteurs  de cette echéance et les candidats . Sur le terrain, deux campagnes s’entrechoquent. Deux camps se forment et divergent sur le fond…

A suivre

Deux enquêtes, deux médias, une conclusion: le candidat Tebboune pris en tenaille…

Entente illicite ? Réconciliation de circonstance ? Le site d’investigations Algerie Part de Abdou semar et le groupe Ennahar d’Anis Rahmani , deux ennemis jurés et diamétralement opposés en tout et sur tout , font ils désormais équipe ? Deux enquêtes, deux organes, même cible, en la personne du candidat Tebboune et surtout,même conclusion. Les deux médias qui se vouent mutuellement une animosité ” sans failles” se sont pourtant chacun de son côté, illustrés dans une terrible enquête entreprise à la faveur de l’arrestation de L’ex député Omar Alilat ,connu…

A suivre

Ali Benflis perdu entre l’appel de Décembre et celui du hirak: Il piège son propre élan !

Il est vrai que sur les cinq candidats de l’élection controversée du 12 Décembre, Ali Benflis peut sembler comme le plus apte à représenter un minimum de  sérieux, dégagé par sa stature de potentiel homme d’État. Cependant , il s’est laissé entraîner par des  contradictions qui piègent sa démarche en se déclarant engagé dans le sauvetage du pays et en présentant ce choix comme le résultat d’une mûre réflexion où Benflis avait mis sur la balance , d’un côté, l’appel du devoir et de l’autre, la non participation à l’élection.…

A suivre