Bug et suspense : Ooredoo fait-il de la politique ?

Ce dimanche, les abonnés à l’opérateur Ooredoo sont ” sans voix” , leur puce ne fonctionnant point, ils se retrouvent coupés du monde.

Ni communication ni connexion. Un black out surprenant intervenant dans un climat de suspicion favorisé par ce qui se déroule dans le pays, notamment la dernière information qui faisait du chinois Huawei, implanté en Algérie comme probable agent d’espionnage au profit du système Bouteflika.

Le doute et les supputations sont permis et ne relèvent point de la fiction .

Coïncidence ou autre, cette ” panne ” ou ” pause ” du réseau Ooredoo intervient le jour où la circulation aux portes de la capitale est totalement bloquée du fait du mouvement de protestation des retraités et invalides de l’armée.

À cela il y a lieu d’ajouter le récent changement opéré à la tête de la direction de cet opérateur avec l’arrivée d’un nouveau président . Un changement surprise puisque beaucoup de sources évoquent que cela n’avait point été programmé, du moins pas pour cette année, ni pour 2020.

Pour justifier ce qu’elle qualifie de” perturbation ” la direction Ooredoo indique que cela est dû à un problème technique , sans pour autant le situer ni l’expliquer.

Le commun des mortels aura compris que cela pouvait être aussi un problème politique.

Ooredoo rassure . Mais sans assurance! Il promet de régler la panne ” très prochainement “. C’est à dire qu’ il appartient à l’abonné de définir la date de cette issue.

Prise d’otage qui ne dit pas son nom puisque la majorité des abonnés est condamnée à supporter les pertes, les désagréments et parfois les préjudices dans cette affaire.

Il semble que les responsables de l’opérateur Qatari ignorent la réelle portée stratégique de leur engagement où toute anomalie pourrait engendrer des coûts et des pertes.

L’entreprise citoyenne qui se plaît à se classer ainsi , serait – elle disposée à dédommager ceux de ses abonnés qui auront eu à subir les effets de cette extinction de réseau ?

Ce n’est qu’ à ce niveau que se mesurera le degré réel du professionnalisme tant de fois brandi.

Abdelkrim A

Lire aussi