Abdelmadjid Tebboune sort le grand jeu et s’engage

Abdelmadjid Tebboune joue sur la symbolique et s’en va s’investir dans une démarche assez singulière pour décliner son programme électoral dont les grandes lignes rassemblées sous l’intitulé révélateur ” mes 54 engagements pour une nouvelle république ” sont puisées,  selon lui, des revendications  portées par le mouvement populaire ” à ses débuts ” .

Oui Tebboune tient à la précision, en relevant que sa philosophie électorale est en accord avec les points soulevés par le hirak notamment celui enclenché au “début de sa manifestation ” .

L’ancien premier ministre se présente en candidat libre et insiste sur ce point .

Ce samedi à l’occasion de la conférence organisée pour rendre public son programme inspiré de novembre 1954 et volontairement coïncidant avec les fêtes de mawlid ennabaoui suggérant ainsi , la naissance d’une ” nouvelle république ” telle que projetée par Tebboune,  l’ambiance, voire l’organisation de l’événement a surtout décliné un candidat qui semble avoir déjà enfilé le costume du président.

Rien n’a été négligé.  Décor, assistance et règles protocolaires réunies autour de cette suggestion à connotation plus psychologique qu’électoraliste.

Tebboune ne promet pas.  Il passe ce cap, il s’engage en 54 points et défie tous les enjeux, allant jusqu’à jurer que sa démarche globale ne constitue finalement qu’ une réponse aux attentes populaires et aux exigences de la relance.

Rappelant son expertise en matière économique et financière, son parcours au ” service de l’Etat ” il reconnaît la difficulté et la complexité de la situation du pays mais révèle détenir les solutions pour apporter les correctifs escomptés.

Révolté par un état des lieux dont il reconnaît la gravité atteignant tous les secteurs, le candidat Tebboune se dit optimiste et prêt même à ” trouver les fonds nécessaires à relancer la machine ” .

Allusion directe aux fonds détournés par certains oligarques qu’ il  compte cibler comme gisement de récupération de cette ressource dont il souhaite en faire un meilleur usage au profit de la collectivité.

Il n’est pas tolérable que les caisses de retraite soient en difficulté alors “qu’auprès d’un seul de ces oligarques on serait en mesure de récupérer de quoi rétablir les équilibres de cette institution de retraite”.

Tebboune qui prône le concept réfléchi d’une économie de marché où la répartition de la richesse repose sur des instruments justes , tient à assurer les équilibres sociaux en faveur des couches moyennes.  Il dira que pour l’exemple ” les revenus de moins de 30.000 DA seront exemptés de toute fiscalité “.

Sans faire dans le détail, il indiquera que le pays dispose de la ressource et de l’énergie nécessaires à se relever économiquement .

Au chapitre de la lutte contre la corruption, s’il est élu président Tebboune promet avec force de poursuivre sans relâche la campagne d’assainissement de la sphère économique de toutes les dérives observées et s’engage donc dans la continuité de ces grandes enquêtes contre l’argent dilapidé.

Cette annonce s’est voulue comme réponse aux supputations qui laissaient entendre qu’ au lendemain des élections le nouveau président abandonnerait les poursuites contre ceux qui sont soupçonnés de malversations et délits économiques.

ABN

 

 

Lire aussi