Crise politique : les clés existent quand l’honnêteté est de mise

Par Docteur Rafik Aloui Il est clair que  depuis le 22 février 2019, les revendications populaires ont évolué crescendos : du refus du cinquième mandat en passant par le rejet des figures du système, à l’appel pour punir ceux qui ont dilapidé les deniers publics en arrivant à une revendication principale : Un Etat de droit pour une Algérie libre et démocratique. Il est clair aussi que nombreuses  sont les revendications qui ont été satisfaites jusque-là à commencer par l’annulation de l’élection présidentielle, l’élimination de la bande «  issaba » et voici…

A suivre

Tayeb Louh, placé en détention provisoire

L’ex ministre de la justice et garde des sceaux, Tayeb louh vient d’être placé en détention provisoire par le juge d’instruction près la cour suprême, ce jeudi. Il sera transféré à la prison d’El Harrach où y séjourne pratiquement tout le gouvernement du dernier mandat de Bouteflika. De graves soupçons de corruption pèsent sur l’ancien homme fort du système Bouteflika qui avait été soumis il y a quelques jours à une interdiction de sortie du territoire national et interrogé par l’office de lutte contre la corruption. ABN

A suivre

L’incompétence, la corruption et l’injustice : les points noirs des robes noires

Il dresse un état des lieux en trois points pour classer la nature des décisions de justice et des jugements qui ont prévalu jusqu’ ici. Belkacem Zeghmati cite trois catégories de situations  observées dans la pratique et relevées dans le traitement des affaires de justice. En premier, des jugements et décisions conformes aux règles de lois et à l’excellence avérée en matière de respect des procédures.  Mais ils émanent de magistrats à la réputation douteuse . Second cas, fait état de jugements et décisions mitigées  et en substance faible les…

A suivre

Lutte contre la corruption: l’heure des magistrats

L’heure des magistrats a-t-elle sonné ? À suivre les sorties et récentes déclarations du nouveau ministre de la justice, Belkacem Zeghmati , qui ne s’accomode d’aucune insinuation, préférant le recours aux mots francs et directs pour décrire le mal qui ronge la justice du pays, il semble se dégager de ses intentions , une volonté assumée d’ouvrir le dossier des magistrats indélicats, corrompus et complices d’une situation de déni des droits. Zeghmati evoque l’incompétence, la médiocrité ainsi que la corruption qui ont pesé sur certaines décisions de justice . Il…

A suivre